Question de couche ? Je me couche

Quand on devient maman, et même un peu avant, on commence à se poser des tonnes et des tonnes de question. « Est-ce que Zouzou n’a pas trop chaud, combien de fois elle a fait caca aujourd’hui, se développe-t-elle bien, est-ce que je l’éveille suffisamment, est-ce que je suis suffisamment présente (toutes les mamans qui travaillent se reconnaîtront… ou pas ;) ), quand va-t-elle faire sa première dent (que je m’absente quelques jours pour éviter les pleurs), a-t-elle un troisième œil qui va lui pousser au milieu du front ou comprendra-t-elle que HEC, c’est de la merde », bref, des questions bien inutiles mais que l’on ne peut pas s’empêcher de se poser – sans doute l’instinct maternel.

Parmi ces questions fondamentales, figure celle cruciale de la marque de couche à savoir : « Laquelle choisir ? »

Entre la marque « Discount » et « Pampers », ou encore les « écolos-bio », on a le choix. J’ai tout testé : euh, je rectifie, presque tout. Même si je suis très sensible à la cause écologique et au bien-être de ma Zouzou, je ne suis pas tombée dans l’hérésie des couches lavables. Quand on bosse, cela fait :
– trop de machine : environ deux machines en plus par semaine, d’après ce que j’ai lu sur le net ;
– trop de gestion de stock : entre le seau pour laisser tremper, le bon savon pour détacher, le film de papier à s’approvisionner… je renonce !
– trop de lutte : faire accepter à la nounou, la famille, bref à tout un monde qui n’est pas vraiment prêt à être converti (surtout nos mamans qui ont connu les langes, l’horreur !) et je crois que quand on commence dans le métier de maman et bien c’est déjà assez compliqué comme ça ;
– trop de raisons qui me font poser des questions sur le bien-fondé de ladite opération : ok, ça fait moins de déchet… mais ça fait plus d’eau. Reste à savoir ce qui est le plus important pour la planète, qu’il y ait moins de déchets ou ne pas assécher complètement les réserves d’eau…

Alors au début, comme c’est le premier, on se fait avoir. On repart de la maternité avec les couches qui ont été fournies (des Pampers pour ma part) et on reste généralement sur la marque. Ben oui, bêtement, en tant que maman, on veut donner le meilleur pour son petit bout, la chair de sa chair, la prunelle de ses yeux, sa raison de vivre (alors que concrètement, il s’en fout lui le petit bout de faire popo dans cette couche ou une autre, je crois même qu’au début ils s’en rendent pas bien compte qu’ils font popo…) et donc ça passe par des couches de marque, celles-qui-garde-bien-au-sec-même-si-y’a-2,7 litres-de-pipi-dedans. C’est bête mais c’est comme ça je crois pour le premier : on veut lui donner le meilleur et ça commence par les couches. A noter que, pour notre défense, les hormones faussent notre jugement et qu’une femme est à peu près incapable de prendre une décisions avec discernement au sortir de la maternité (la preuve, elle parle encore à son mec alors que c’est de sa faute si elle a souffert 12 heures et se retrouve avec un corps difforme). Sauf qu’au bout d’un moment le porte-monnaie souffre. Comme une vache en plein désert, ses flancs se creusent. Et comme ça ne pousse pas, il faut trouver une solution. De plus, les Pampers Baby Dry avait tendance à martyriser les fesses de ma bichette et à les rendre toute rouge, fait constaté par d’autres mamans et qui m’a été rapporté par la puéricultrice de la PMI (une sainte femme) et qui m’a vivement conseillée de prendre la marque du magasin.

Les tailles mini, quelles que soient les marques, bio, Pampers, ou Carrefour, leur prix est presque identique. Mais quand on passe à la taille 2, l’écart se creuse. Une double-motivation pour essayer la sous-marque. Et, ô surprise, elles marchent ! (Manquerait plus qu’ils vendent des couches percées !). Et là on se dit qu’on a vraiment été des pigeons de payer aussi cher pour des couches jusqu’à présent… (Ou juste des mamans qui voulons bien faire ?)

Sauf que, tôt ou tard, si on a un bébé qui gigote, le problème de la fuite de la mort qui tue le matin se pose… Body HS, pyjama HS,  turbulette à demi-pourrie. Alors je me suis dis qu’il fallait essayer autre chose. J’ai donc tenté les bio : idem, c’est l’échec.

Les Huggies : sympa les petits dessins Winnie d’ailleurs. Qui ne servent rien en passant. Ben là, le flop total. Ni une ni deux, elle se retrouvait presque sous les fesses de Zouzou, version taille basse j’te montre mes fesses. Et puis j’ai tenté les Pampers Active Fit et là je dis chapeau… chapeau parce que le problème c’était pas vraiment la couche mais bien son serrage… Une fois ce point compris on se sent beaucoup moins conne (quoique). En tout cas, là au moins avec les Active Fit je peux serrer sans craindre de couper la respiration à Poupette : ben oui, les côtés sont supers élastiques ;)

Bon, en même temps ce matin j’ai constaté d’un air blasé qu’elles aussi se faisaient la malle tant Zouzou gesticule la nuit… Ma quête est-elle donc sans fin ?

Bref, tout ça pour dire avec ce long discours qui n’intéressera sans doute que les mamans de petits bouts que parfois, être maman, est faite de questions incongrues et de quêtes étranges qui s’apparentent à celle du Graal. Et après on dit que les femmes sont bonnes à rien quand elles ont des enfants : je suis sûre que 90 % d’entre elles peuvent monter un audit marketing béton sur les couches en deux temps trois mouvements ;)

(Perso, pour les couches, je pense que le mieux c’est d’être infidèle et de se fier aux opérations promo car après tout c’est bonnet blanc et blanc bonnet ;))

Publicités

9 réflexions sur “Question de couche ? Je me couche

  1. Moi j’avais pas de tunes à l’époque alors je prenais le premier prix. Un jour j’ai eu une couche échantillon de marque et ça a fuit partout : du coup aucun remord ! :)

    J'aime

  2. Moi, j’utilise des couches LAVABLES, et ça se passe bien (bon, pour la nuit on lui met des jetables, mais ça ne l’empêche pas d’être mouillé le matin, et puis je suis subventionnée par le Pole-Emploi…). juste une question sur la quantité d’eau utiliser pour laver les couches… as-tu penser à la quantité d’eau utilisée pour FABRIQUER toutes les couches jetables que ta zouzou utilise??????

    J'aime

    • Bien vu Violaine ! Je n’ai pas pensé à ça… Mais as-tu pensé à l’eau nécessaire pour faire pousser le coton ou le chanvre des couches lavables ? ^_^ Je pense que quel que soit le choix, un enfant ne peut pas avoir zéro impact côté popo, non ? Mais il faut choisir le moins pire… Faut dire que j’étais assez tentée par les lavables… mais avec la reprise du travail 2 mois et demi après l’accouchement, pas vraiment eu le temps de me pencher réellement sur la question. Quelle couche utilises-tu ? Comment t’y prends-tu ? Et surtout ?? Comment arrives-tu à tout gérer si tu bosses ?

      J'aime

      • évidemment, toute activité humaine entraîne une consommation de carbone, donc pollue… il faut (toi qui aime les chiffres) 4,5 arbres et 67kg de pétrol brut pour une zouzou en couches jetables (4500 couches en tout). http://larbreabebes.free.fr/Pages/p_couches_pourquoi.htmlje n’ai pas repris le boulot ayant préférée une rupture conventionnelle de contrat pour des raisons… de relations humaines au sein de l' »entreprise ». alors, oui, je peux planifier les lessives… je me pose souvent la question « et si je travaillais? »… puis j’ai eu des « facilitateurs » autour de moi (copine qui nous a preter les couches format xs, belle-mère ass-mat qui accepte de garder mon titou avec ses couches lavables… et un mec septique au début qui y a vu un certain avantage financier…).
        j’ai les popolini…

        J'aime

  3. Pingback: Dis, c’est quoi une bonne mère ? « L'avis de Maman

  4. je découvre ton blog aujourd’hui et j’adooooore ! j’aurai tellement voulu lire tout ça avant d’avoir junior (3.5 ans maintenant)…
    Pour les couches, comme toi j’ai commencé par Pampers pour donner le meilleur et puis finances obligent, je suis passées par les marques des enseignes mais pas longtemps parce qu’elles étaient vraiment trop rigides : on aurait dit des couches en carton !!! surtout que junior a la peau sensible qui rougit dès qu’un truc ne lui plait pas. Donc j’ai surfé sur les vagues de promo pampers dans tous les hyper. Depuis un an, je n’en utilise plus que 2 par jour pour lui parce que la sieste et la nuit ne sont pas encore au point question pipi. Là j’ai abandonné les marques et lui met les moins chères que je trouve.
    Quant aux lavables, inutile d’y songer pour moi qui ait aussi repris le boulot 2 mois et demi après l’accouchement et encore moins maintenant pour n°2 qui se soulagera dans les mêmes conditions que son grand frère ;)
    Merci encore pour tes articles, j’espère qu’ils seront utiles à d’autres mamans

    J'aime

  5. Pingback: Couches lavables : le bilan après 5 mois d’utilisation «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s