Oh putain, je suis mère !

Non, je n’ai pas été frappée d’Alzheimer cette nuit : j’ai pas oublié que j’étais mère (quoique… y’a des fois, comme Mère Bordel, j’en reviens toujours pas que je suis devenue mère, bordel), juste que y’a des fois, je me rends compte de ce que ça veut dire. Pour de vrai. Je ne parle pas de la responsabilité avec un petit « r », c’est-à-dire nourrir, langer, coucher, amuser ma Zouzou. Non. Je parle de LA Responsabilité, celle d’aimer son enfant. Et là, là, ça te met une beigne dans la gueule. Une bonne claque derrière la tête et qui te décolle bien le cervelet. Ben oui, c’est quoi aimer son enfant, pas trop, mais suffisamment, intelligemment, une intelligence du coeur bien sûr. Bien, bien, bien, fastoche : y’a qu’à lire le mode d’emploi ou le « Parfait parent illustré » hein. Ah ben non… Cela n’existe pas.

Avant de faire un enfant, j’ai retourné mille fois la question dans tous les sens de savoir si je pourrais être une bonne mère, enfin une mère potable (faut être réaliste). J’ai analysé cela de jour, de nuit, dans ma douche, aux toilettes, dans le bus, le tram, à vélo, avec mon Ours, sans mon Ours, en lisant des choses. J’ai fait le point sur mon histoire personnelle (mon enfance quoi) et j’ai essayé de poser pas mal de valises. Celles qui t’empêchent de te dire « ouais un enfant ça rocks, I can do it ».

Et puis ces derniers jours, en grande papoteuse que je suis, et en discutant avec des amies, copines et tout ça, je me suis rendue compte que tout le monde avait ses casseroles, celles qui te donnent encore des bleus à l’âme alors que t’as 30 piges. Celles qui te font mal. Celles qui parfois t’engluent dans le passé. Celle qui font que tu ne t’aimes pas. Ou que tu as du mal à être aimée. J’ai mal au coeur pour ceux et celles qui vivent tout ça. Voir quelqu’un qui pleure, ça me ramollit le coeur, ça me retourne les tripes (sauf si je viens de lui mettre un taquet dans la gueule parce qu’il m’a coupé la route, et donc qu’il mérite)… et du coup je veux me transformer en Super Sauveuse, la grosse naze qui pense qu’elle peut aider les gens, soigner leurs blessures et faire que le ciel bleu revienne ou vienne tout court dans leur vie. Je ne peux pas faire autrement (hein c’est comme les smileys, une seconde nature presque ^^).

Et puis, toujours dans ma réflexion monomaniaque de psychopathe qui tente en vain de tout analyser, je me suis dit que tous ces adultes derrière lesquels se cachent un enfant, ils ont eu des parents. Et là, OH PUTAIN : quand je vois le sacré bordel qu’il y a dans la tête de plein de gens, je me demande si finalement niquer l’enfance d’un être humain n’est pas la destinée de tout parent. Non mais sans déconner, comment on peut faire autant de mal à un enfant ? Comment on peut lui enlever de son innocence, de sa vie même, lui voler ses plus belles années, celles qui feront de lui l’adulte de demain ?

Ces parents qui ont fait tant de mal ne s’en rendent peut-être même pas compte. Ce sont peut-être vos sœurs ou votre frère, vos amies, vos oncles et tantes, pire, vos propres parents…

Et si je devenais cette mère ??

Que le cul me pèle si un jour, même l’espace d’une seconde, j’oublie de respecter cet être venu au monde et qui est sous ma responsabilité !

Publicités

2 réflexions sur “Oh putain, je suis mère !

  1. Je suppose que le simple fait de te poser la question fait que tu ne commettra pas ses erreurs…Je connais des gens qui ont eu de bonnes mères, oui, oui, ça existe! Alors, pourquoi ne pourrions nous pas le devenir ?! En tous cas, j’aime beaucoup ton blog, j’ai hâte de lire de nouveaux articles!

    J'aime

    • Bonjour Sandy :) merci pour ton commentaire ! Tu connais des gens qui ont eu une bonne mère ? Tu me les présentes parce que j’ai l’impression que ça court pas les rues. Suis un peu comme St Thomas tu vois ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s