La requéquête du mercredi « changements de vie quand on devient maman »

Pour ce mercredi ensoleillé (en tout cas chez moi muuhhhaahhhaa :) allez je suis pas vache, je t’envoie un peu de beau ciel bleu sans nuage et un 26 ° :)), une requête ô combien intéressante : « changements de vie quand on devient maman ». Je suppose que la personne qui a tapé ça voulait savoir ce que cela changeait d’être maman. Accroche-toi ma cocotte, parce que tu risques de tomber de ta chaise.

En fait quand tu deviens maman, une multitude, une foultitude de choses changent :

Chez toi :
– ta silhouette : c’est la première chose qui trinque. Ventre, seins, peau, cuisse, cheveux qui tombent, les premiers temps c’est le blues. Pour récupérer sa silhouette d’avant il faut avoir : de la chance, de la patience, moins de 25 ans, un bon coach, au choix ou le tout cumulé.
– ta vie :

  • de ta journée, entrecoupée de biberon-rots-câlinage-pleurs-lessives. Le point positif : comme tu n’as pas le temps de te faire à manger, tu maigris. Pour peu que tu allaites, tu te retrouves avec ton poids avant grossesse en moins de deux.
  • de ta nuit : entrecoupée de biberon-rots-câlinage-pleurs (là ce sont les tiens, pas ceux de bébé)

Ta vision même de la vie change complètement : principes, considération des gens… Je ne peux pas t’expliquer tant que tu l’as pas vécu. Comme si l’enfant t’ouvrait les yeux sur les choses essentielles de la vie.

Chez ton homme :
– il te regarde aussi comme une maman. Tu l’aimes encore plus fort mais parfois, avec la fatigue, t’as envie de le buter encore plus fort (genre quand il fait style la nuit qu’il n’entend pas le bébé pleurer…).

Chez tes amis, euh, je rectifie, ceux qui se disent tes amis et qui n’ont pas d’enfant :
– c’est le grand nettoyage de printemps ! Que tu le veuilles ou non, certains vont quitter le navire. Le peu de personnes qui viendront te voir à la naissance et s’amuseront (5 minutes tout au plus) de ce petit bout de vie préfèreront très vite passer le samedi soir à sortir qu’à te tenir compagnie. Puis c’est chiant les enfants tu comprends, surtout ceux des autres. On t’invite plus non plus : tu comprends, un enfant, c’est encombrant.

Chez ta famille :
– ça, je te laisse voir ici ce que je pense des grands-parents.
– attends-toi à être zappée, oubliée, ignorée. Enceinte, t’es la reine. Une fois accouchée, ton enfant te vole la vedette.
– attends-toi à détester des gens que t’aimais. Par contre, aucun cas de renversement de situation n’a jamais été constaté dans des cas d’aversion pré-partum pour des personnes.

Chez ton budget :
– avant t’achetais des vêtements pour toi, maintenant c’est pour bébé ;
– avant t’achetais du manger pour toi, maintenant c’est pour bébé (il faut faire un choix).
Je pense sincèrement que c’est le premier enfant qui coûte cher. Bon courage !

Il y a encore mille et une autres petites choses qui changent.

Mais je te rassure : le bonheur d’avoir un enfant est au moins aussi important que les changements apportés par son arrivée. Des choses qui changent en positif : un bébé, si on le veut bien, nous apprend beaucoup, sur nous et sur la vie.
Je me souviens de notre premier 31 décembre après sa naissance. Elle avait un mois et une semaine. Le 31 au soir était juste pourri de chez pourri. On s’est couché bien après minuit, mais ce n’était pas de notre plein gré. Des pleurs et encore des pleurs. Le lendemain matin, on n’était pas beau à voir. Au moins on ne dénotait pas avec les autres qui avaient fait la fête. Et on a toute oublié de cette difficile soirée (je crois qu’on a finit par pleurer dans les bras les uns des autres) quand ma Zouzou nous a offert son premier sourire : la coquine !

Et en règle général c’est ça : quand tu crois que t’as passé la pire journée de ta vie, tu te trompes. La pire est à venir. Quand tu crois que demain sera pire, c’est l’émerveillement et tout se passe comme dans un rêve.

Soit prête à une chose : l’imprévu !!

Publicités

9 réflexions sur “La requéquête du mercredi « changements de vie quand on devient maman »

  1. Et je vous confirme que vous n’avez pas fini d’en voir, des imprévus vous allez en voir à ne plus savoir qu’en faire, des magnifiques (comme le jour où il vous annonce qu’il a eu son bac) et des moins bons (lorsque les pompiers vous appellent pour vous dire que votre fils de 12 ans a joué à Tarzan et s’est pété le bras).
    Mais ne dit on pas petits enfants petits soucis grands enfants grands soucis.
    En tout cas une chose est sure la plus grande chance qu’une femme puisse avoir, c’est celle d’avoir eu des enfants. Alors les soucis on s’en tape !!!!!

    J'aime

    • Ohh comme je le sais. Je fais un travail sur moi-même pour pouvoir être armée pour plus tard, être toujours là et au maximum la tête froide pour ma zouzou et mes futures autres enfants. Pas simple et si passionnant, à l’image de l’aventure qu’est la vie !

      J'aime

  2. Pour le 31 décembre de cette année, ma fille avait exactement le même âge, on a passé la soirée avec l’homme, une copine et la soeur de l’homme à regarder Mother fucker, histoire de relativiser tout ça, quoi ;)

    J'aime

    • Peut-être un peu trop réaliste ? Moi aussi des fois je me dis : « Faut que je leur dise qu’après c’est la merde !! » et je me rappelle au creux de mon ventre le bonheur que c’est, la joie immense, la chance incroyable de vivre ça, d’être parents :) Et je les laisse sourire béatement.
      Ce qui est sûr : il faut avoir les reins solides pour être parent et avoir le goût de la difficulté pour espérer être à peu près pas trop mauvais.

      J'aime

      • Carrément vrai. Quand j’étais enceinte, je n’ai pas soupçonné une seule seconde les difficultés que je rencontrerai en tant que « mère au foyer » ! Heureusement que les moments de bonheur compensent les jours où j’ai envie de faire « ahhhhhhhrgghhhh » :)

        J'aime

  3. Ça me laisse toujours pensive ces articles. C’est un peu comme la grossesse. Ca peut aller très vite de cumuler les « inconvénients ». Il y a énormément de bonnes choses aussi, mais elles sont tellement plus difficiles à décrire, et aussi parfois tellement plus forte.
    Comment expliquer à quelqu’un qui n’a pas encore d’enfant qu’on s’en contrefout d’être réveillée par d’adorables gazouillis par exemple ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s