Guide de survie à l’usage des jeunes parents

Quand on devient parent, un raz-de marée s’abat sur nous. Au début on s’en rend pas super compte. Enfin, on a la douce sensation de s’être pris la plus grande murge de sa vie.

En fait, c’est peu ou proue la vérité. Sauf qu’on s’en remettra jamais. C’est la murge irréversible. T’as le sentiment d’avoir passé une bonne soirée mais tu sais que tu ne regarderas plus une bouteille d’alcool de la même manière.

Devenir parent, c’est un peu ça.

Parce que la grossesse, c’est bien sympa (quoique, pas toujours). Tu vois ton bidon pousser, t’es toute love, tu prépares la chambre et attends fébrilement l’accouchement. Mais après, il se passe quoi ? En fait, tu te poses la question un peu une fois que t’as ton enfant dans les bras. Et si tu te poses la question avant, tu réalises pas mais pas du tout tant que tu l’as pas vécu. Cherche pas, c’est comme ça.

Donc après l’accouchement, il se passe quoi ? Une tornade. Mêlée de bonheurs et de questions.

Je suis pas là pour te mentir : les premiers mois, c’est hardos, psychiquement et physiquement. Tu dors parents (si tu as l’immense privilège de pouvoir t’adonner à ce nouveau passe-temps préféré), tu vis parent, tu sors parent, tu t’habilles parent (avec des tâches de vomito que tu remarques même plus). Tu sais plus où t’habites, tu te rappelles même pas de ta vie d’avant, et t’as même pas le temps de réfléchir. Et parfois de te doucher. C’est ça la réalité. La vraie réalité. Des pleurs, des questions, des doutes, des coups de blues. (Bien sûr il y a plein de choses qui te permettent de tenir : des « arrrreuuh » de ton loulou, des sourires aux anges, des bouffées d’hormone de l’amour, des envies de bisouiller ton bébé pour toujours et plein d’autres cadeaux que t’offre la parentalité).

En attendant, voici quelques conseils pour (sur) vivre à cette période incroyablement bouleversante :

– des pâtes 3 minutes dans ton placard tu auras. T’as pas le temps de faire à manger. Des fois t’oublies même que t’as eu faim. Alors même si c’est pas terrible, ces pâtes 3 minutes pourront te sauver. (Même si 3 minutes ça te paraîtra long, vu le nombre de choses que t’arrives désormais à faire en même temps en à peine 180 secondes). A noter aussi : passer chez ton ami Picard ou chez le M. Congèle de ton supermarché.

– des amis sous le coude tu auras : pour sortir, à aller voir, ou pour avoir le récit de la vraie vie.

– un peu d’alcool tu boiras si t’allaite pas.

– des douceurs tu mangeras : ce qui fait plaisir, te fait du bien. Ce qui te fait du bien, maintient ton moral.

– dès que tu peux tu dormiras : y’a du linge à faire, la vaisselle : t’en fout, dors !! Tu sais pas dans combien d’heures ton bébé dormira à nouveau.

– un peu de temps à toi tu t’accorderas : coiffeur, shopping, café entre copines, on essaie de prendre du (bon) temps pour penser à autre chose. Juste à soi quoi. Les bébés c’est mignon, mais le premier mois, voire plus, ça te vampirise un peu… Normal : il a besoin de toi à 100 %. On lui en veut pas mais pour éviter d’avoir envie de faire un retour à l’envoyeur, on s’écoute et on se préserve un peu.

– de la musique tu écouteras : classique, Motown, tout pour se relaxer et pour apaiser aussi bébé. Cela te fait du bien et donc à bébé aussi ;)

– seul tu ne resteras pas : avant l’accouchement, fais le tour des numéros à avoir après la naissance : pédiatre, conseillère en lactation, sage-femme… Tu en auras forcément besoin. Et cela aura le mérite de te rassurer même si tu t’en sers pas.

– des ondes négatives tu te protègeras. Pense à toi : t’as pas envie de voir la famille à la maternité ou des commères ? Impose ton choix grâce au filtre « papa ». Il va pas s’envoler ton bébé ou grandir d’un mètre en une semaine. Donc voilà. Et puis c’est pas comme si tu venais d’accoucher non ? Ah si : bon ben alors !

– tous les jours tu sortiras : les bébés, ça adore prendre l’air. La mienne cessait de pleurer dès le pas de la porte passé. Et toi, ça te fera un grand bien et t’aidera à redynamiser ton corps tout doucement.

– patiente tu seras : un jour, ton bébé ne pleurera plus, un jour ta brioche s’estompera, un jour, tu pourras à nouveau manger normalement et non pas entre deux tétées. Rien ne dure pour toujours. Ni les bons, ni les mauvais moments (euh si tant est que cela soit des mauvais moments : juste l’expression de la difficulté que représente l’apprentissage de la parentalité).

Je laisse le soin à qui veut de continuer cette petite liste non exhaustive ;)

Mon billet est fouillis : c’est pour te mettre dans l’ambiance post-accouchement ;)

Sinon, je te rassure : je repense avec tendresse même à ces moments difficiles. Avec grande tendresse :)

Publicités

9 réflexions sur “Guide de survie à l’usage des jeunes parents

    • Heureusement, après ça va mieux, entre 6 et 9 c’est le rêve, de 9 à 12 mois ça file et après ben ça marche ça parle puis ça va à l’école. Sur le moment c’est pas facile mais à l’échelle de notre vie de parent et de sa vie, c’est rien.

      J'aime

  1. Je suis sortie de cette douce phase pour gremlins2 il n’y a pas si longtemps ( je dis ça pour me rassurer que le temps n’est pas passé SI vite …) et même si pour gremlins2 ça a été plus compliqué ( et oui vie, biberon, entretien accessoirement de la maison, bouffe à préparer, puis après boulot à calquer entre les dépots et récup de princesse gremlins à l’école ça a été super sportif) je me rends compte( une fois de plus ça doit etre les 1 an approchant) que j’en suis super nostalgique on doit être maso nous les femmes ;)

    J'aime

  2. Pingback: Accueillir un premier enfant : entre aide… et désinformation « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s