L’adaptation : le début de la fin ?

Bon ben voilà : mercredi, c’est le premier rendez-vous pour commencer l’adaptation en crèche.
Et dans un an, ça sera peut-être déjà l’école.  Le début de la fin.

Pourtant, c’est pas comme si je ne m’étais jamais séparée d’elle : elle avait 3 mois quand j’ai dû reprendre le travail. Et hop, chez la nounou. Financièrement, difficile de faire autrement. Et puis je ne pensais pas que ça serait si dur de reprendre. Et mon boulot je l’adorais… Jusqu’à ce que ma Zouzou soit née…
C’est clair que j’ai pleuré, pendant des mois, et elle aussi sûrement…
C’est clair que j’ai culpabilisé.
C’est clair que ce n’était pas la bonne décision.

Depuis qu’on a déménagé, c’est moi qui m’occupe d’elle. Toute la journée. Pour mon plus grand bonheur. J’ai l’impression de rattraper le temps perdu de cette séparation beaucoup trop précoce avec du recul. Je dis pas que c’est facile, mais c’est un réel plaisir de voir comment elle progresse, d’avoir ce lien avec elle. Je la comprends à demi-mot : je la connais, puis des fois elle ne dit pas les mots en entier, il faut le dire (ou émet des sons comme son Ours de père « GGgrrrgrggRRGGggg »).

Mais mercredi, on a rendez-vous, THE rendez-vous, qui va la mener finalement à quitter la maison… ben oui, la crèche, puis la maternelle, le primaire, le collège, le lycée, et puis bye-bye. Je sais qu’on met pas un enfant au monde pour soi, je suis la première à le crier haut et fort, mais punaise, ça passe vite. Je vois la nièce de mon Ours, je l’ai connue elle avait 5 ans, et sa soeur, je l’ai porté dans les bras, toute petite… Maintenant elles sont grandes alors que je n’ai pas vu les années passer.

Je sais que pour ma Zouzou ça sera pire.
Une vitesse exponentielle.
Alors avec cette adaptation à la crèche, j’ai l’impression de faire une répétition pour l’entrée à l’école, le grand saut dans la vie en société, 4 jours sur 7.
Elle sera une grande fille.
Et j’ai peur qu’elle ne soit plus ma Zouzou.

Que je ne la reconnaisse plus.
Que tout aille vite.

En même temps, je suis pas folle : il y a ô combien des points positifs à tout cela. Elle va se faire des amis, et ça c’est trop chouette ! Elle est à un âge où je ne lui suffis pas. Clairement : elle est avide de rencontrer des enfants ! Bon, c’est pas que du peace & love, c’est sûr : elle va aussi se frotter à des enfants plus violents, plus forts… Mais ça, c’est la vie. Je sais (j’espère) qu’elle saura se défendre. Et puis moi, ça me fera du temps, pour bosser, m’aérer et prendre du recul sur ma vie de maman et ma vie pro en construction (certes après Beyrouth) .

Bon, je me mets un peu la pression sûrement… Et puis c’est pour deux demi-journées par semaine seulement… Heureusement !

Mais j’ai l’impression que ce sera la fin d’un nous deux. De ce vase clos si doux. Si magique…

Publicités

7 réflexions sur “L’adaptation : le début de la fin ?

  1. Je suis en plein dedant. Demain : matinée et repas à la crèche sans moi. Je n’ai pas de soucis avec ça. plutot contente de le voir évoluer socialement. Moi ce qui me fait flipper : quand j’aurais un travail à plein temps, et quand il va rentrer à l’école…
    allez, courage!

    J'aime

  2. très joli texte! la mienne n’a que trois mois et j’ai justement posé un congés parental, je veux en profiter!! bon… même si je dois admettre que certains jours JE PETE LES PLOMBS!!

    J'aime

    • Tu as bien fait de prendre un congé, si tu peux te le permettre financièrement et que c’est ton souhait. C’est clair que c’est pas facile tous les jours à cet âge-là, mais les petits bonheurs effacent tout. Les trois premiers mois sont hard, après, ça ira mieux ;) Cela ne fait finalement que 3 mois que vous vous connaissez ;) Courage ! Si besoin, je suis là ;) et mes acolytes aussi ;)

      J'aime

  3. C’est sure que ce n’est pas facile les premiers mois, mais c’est comme la grossesse le plus souvent, passer le cap des 3 mois tout s’arrange.
    Je crois que être avec son enfant dans les premiers mois voir la première année aide à une séparation plus facile pour l’emmener chez la nounou ou à la crèche. Je verrai bien un congé maternité plus long et partager avec le papa. bon courage à toutes et tous!

    J'aime

  4. Arff. L’adaptation c’est plus dur pour bébé ou pour la maman (et le papa of course mais c’est pas pareil..)..
    nous on visite la crèche demain, j’ai arrêté de travailler 8 mois pour être h24 avec mon mini..mais je ressens désormais le besoin de retravailler.
    Cette étape de fusion va également se terminer chez nous et c’est pleine de contradiction que j’appréhende ce nous veau chapitre dans nos vies..
    Courage Kiki!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s