Devenir père

Pour ces 8e Vendredis Intellos sous la houlette de Mme Déjantée, je continue dans ma lancée de cette semaine décidément très axée sur les papas. C’est juste que suis love de mon Ours en ce moment. Mais ça vous comprendrez plus tard.

Devenir père, un vaste sujet. Aussi vaste que le fait de devenir mère.
Peut-être un peu plus complexe. Sans doute juste différent.

Si aujourd’hui on accepte volontiers de dire que les femmes ne naissent pas mère mais le deviennent, pour les papas, on est bien d’accord : ils apprennent à endosser leur nouveau rôle au fil du temps. Mais quand exactement ? Pendant la grossesse ? Peut-être un peu. Pour un premier, cet enfant qui grandit dans le ventre de leur chère et tendre est plus qu’abstrait. A l’accouchement ? Pourquoi pas, une fois passé le choc de cette naissance.

Mais je pense que cela prend autant voire plus de temps que devenir mère. Mon Ours disaient l’autre jour : « Je suis un papa de 21 mois ». Il n’a pas allaité, il n’est pas resté seul des journées entières avec ma Zouzou, il ne passe que deux heures en moyenne par jour avec elle… Pas facile de devenir père à temps partiel. Le lien qui se crée semble alors prendre plus de temps, à mon sens. Et ce n’est pas forcément confortable. Tant et si bien que certains pères capitulent.

Beaucoup de questions tournent autour de ce qu’est un papa aujourd’hui. Un double de la maman ? Sûrement pas. La figure de l’autorité : pas seulement. Les rôles des pères semblent être en pleine élaboration cette dernière décennie. Qu’a-t-il comme référence mon Ours pour être papa ? Celle de son père, qui ne correspond pas du tout à ce qu’il veut être ? Celle d’amis qui ne s’épanchent pas vraiment sur les émotions que suscite le fait d’être papa, sûrement par fierté masculine…

Moi je dis, être papa, c’est pas simple.

Et ça, j’en avais conscience avant même que je tombe enceinte. Quel rôle à donner à celui qui a le ventre vide ? Dès que j’ai été enceinte, je me suis précipitée à la librairie pour acheter plein de guides pour moi. Et pour trouver une perle rare à mon futur papa Ours. Pas simple : la littérature n’est pas vraiment tournée vers les papas.

Mais c’était sans compter l’extraordinaire René Frydman (je vous un culte à ce mec). Son « Devenir père » co-écrit avec Christine Schilte est un régal.
Il parle de la paternité avant, pendant et après la grossesse. Repères physiologiques du développement de l’enfant, questions psychologiques, mais aussi pratiques : rien ne reste en suspend !

Et juste parce que cet ouvrage encourage les pères à faire les tâches ménagères, il est indispensable !

Ce livre est très complet. Même s’il tombe dans le travers de l’exhaustivité et pourrait alors décourager les futurs papas flippés : il donne l’impression que sans bac + 10, c’est pas faisable. Car voilà : il est fait par des déja-parents. Mais le papa n’est pas obligé de tout lire avant le jour J. Abordant la question du 2e enfant, des fausses couches, …, il s’inscrit plutôt comme une bible à consulter si besoin, même plusieurs années après ce premier grand bouleversement qu’est la venue du premier enfant.

Edit : Un petit extrait qui traite notamment de l’autorité. Si tout n’est pas bon à prendre d’un point de vue des conseils sur l’éducation, il y a quelques phrases qui me plaisent « Le père comme la mère doivent s’efforcer de transmettre les mêmes limites fautes de quoi l’enfant ne comprendra pas ce que l’on attend de lui et n’éprouvera pas un réel sentiment de sécurité. De plus, il saura bien vite jouer sur les deux tableaux, cherchant à opposer ses parents pour imposer ses volontés et ses choix [même si perso je ne pense pas que l’enfant agisse en ce sens consciemment mais ira naturellement vers le parent le plus permissif]. En réalité, les enfants capricieux ne sont que le résultat d’une éducation incohérente. Les enfants ne naissent pas insupportables. »
Et une très belle phrase qui me rassérène face à la question de l’autorité : « Si l’autorité c’est interdire, souvenez-vous qu’elle a aussi pour fonction de permettre« . A méditer aussi !

Publicités

8 réflexions sur “Devenir père

  1. Pingback: Devenir père : un long chemin « Les Vendredis Intellos

  2. Merci pour cet article passionnant.

    C’est vrai qu’en tant que maman on s’interroge beaucoup sur le rôle des papas, et surtout comment eux réussissent à s’impliquer et à se sentir père.

    J’aimerais beaucoup apporter ma prochaine contribution sur le sujet des papas dans un billet VI, mais en y ajoutant l’ingrédient « papa de jumeaux »!

    J'aime

  3. GGGGRRRR mais il est où l’extrait???!!! Ah c’est beau de nous donner envie comme ça!!! et… que couic!!!!
    Non mais tu l’as là le bouquin… dis moi que tu vas nous en livrer un peu de la prose orgasmique de ton amant de papier…???

    J'aime

  4. Pingback: La place du père…(mini débrieffing) « Les Vendredis Intellos

  5. Pingback: Les lectures du Week-End – semaine 1

  6. Pingback: Comment devenir père : vision côté femme « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s