Il était une fois la fin des strings

Ce matin, y’avait pas crèche. Et quand y’a pas crèche, je regarde vite fait les Maternelles. Ben ouais, je suis une inconditionnelle de Daphné Bürki. Rien que son nom en dit long sur ce sacré personnage. On dirait un mélange de « berk » et « oui-oui » en trash quoi. Bref, je m’égare.
Ce matin ça parlait épisio, forceps, tout ça tout ça. Mmmmmh. Sympa.
L’épisio, j’aime pas ça mais pas du tout.

Et sur le plateau, on voyait toutes les filles avec les jambes bien serrées…

Le gynéco présent sur le plateau conseillait, pour favoriser la rééducation du périnée, de reprendre très vite les relations sexuelles. Ouais. Je me vois pas à J+15 jours faire des galipettes. Surtout avec les locchies… (Moi ça a duré juste 6 semaines). Y’a qu’un mec qui peut dire ça. C’est pas juste la dernière chose à laquelle tu penses le premier mois pour ton 1er enfant ? Sérieux…

Il y a tellement de choses qu’on ne dit pas sur l’épisio. Tellement.

Et sur les déchirures.

Oui ça peut faire mal.
Oui tu dois parfois t’asseoir comme un fakir et marcher comme un cow-boy.
Oui les fils ça pique comme un paquet d’aiguilles qu’on aurait laissé dans la culotte (oui culotte, espère pas porter autre chose).

Bon déjà quand t’allaites, la lingerie, hein… Pas simple.

Et puis le string. Ah le string… Au début t’y penses même plus.

Puis petit à petit, tu te dis que décidément, t’es pas prête d’en remettre.

Puis tu finis par les regarder dans ton tiroir avec un brin de nostalgie, comme le triste vestige d’une jeunesse passée.

La cause de ce désamour : les hémorroïdes.

Ben oui, ne nous en cachons pas : après l’accouchement, entre la fin de grossesse qui pèse sur le périnée et le transit, et le moment de la poussée hulkéenne, elles deviennent tes amies. Mais pas de celles qui te veulent du bien…

Et je te le dis clairement, toi, la future parturiente : string + hémorroïdes = sensation de torture.

Même si depuis je porte des boxers – de toute manière mes grosses fesses dans un string c’est juste pas possible – je voulais écrire un petit hymne à ce petit bout de lingerie qui s’est fait sortir de mon tiroir à lingerie manu militari :

Ô petit bout de tissu
Tendu comme un arc
Si joli à 20 ans
Moins indulgent à 40 ans
Tu n’as plus le droit de cité
Ô toi, part en pet.

Publicités

6 réflexions sur “Il était une fois la fin des strings

  1. quelle belle prose !!!! et tellement véridique ! Moi le string je ne le mets plus depuis longtemps… on voit meme plus les fils avec mes poignets d’amour :)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s