Krapo Etik, la boutique « étik » pour nos petits crapauds : l’interview de Florence, sa créatrice !

Moi, je suis née à Bayonne. Au Pays basque quoi.
Même si j’en suis partie à mes 18 ans, la Côte basque reste mes racines.

Bayonne est une ville que j’aime beaucoup (non, pas seulement pour ses fêtes, qui étaient d’ailleurs bien mieux il y a 15 ans). J’y ai traîné mes guêtres pendant mon adolescence et surtout pendant mon année de droit (hum…). Le Katie Daly’s, l’école de dessin de Bayonne, le petit café près des halles où j’allais avec ma grand-mère avec le serveur qui était le sosie de Sabatier… De jolis souvenirs.
La ville aujourd’hui est bien plus dynamique et jeune. On y voit de  jolies boutiques de créateurs à faire pâlir les grandes villes. Parmi elles, une boutique prometteuse, Krapo Etik. Une jolie consonance qui affiche clairement le style de la boutique : de l’éthique pour nos petits crapauds made in Euskadi !

La boutique en ligne me fait baver !! Entre les vêtements en coton bio (que des marques françaises s’il vous plaît !), les doudous rigolos et colorés, les petits plats préparés avec des légumes oubliés pour dépanner, les écharpes de portage et porte-bébés (type chinados ou mei tai bien sûr)… Une bien jolie boutique engagée et un très joli site web (oui, pour moi c’est déterminant pour mes achats, c’est mon côté un peu esthète).
Je trouvais cette entreprise bien chouette et courageuse, c’est pour ça que j’ai voulu soutenir Florence, sa créatrice, maman d’une petite Elaia (hirondelle en basque, t’as vu, on t’apprend des trucs) de 16 mois. Petit tour de cette supermaman qui mène d’une main de maître ce joli projet !

1.       Bonjour Florence. Alors, comment t’es venu cette idée de créer une boutique bio pour les enfants alors que le marché semblait déjà occupé par la concurrence ?  
Le déclic a été l’arrivée de ma fille. Je voulais entreprendre depuis longtemps et l’idée de monter un projet comme celui-ci trottait depuis un moment dans ma tête. En parallèle, nous avions choisi de consommer « responsable » depuis plusieurs années et nous nous sommes naturellement tournés vers les couches et les lingettes lavables, les vêtements en coton bio etc. pour notre enfant.
Dans la région, il n’y avait pas de boutiques à proximité, nous avons donc dû acheter la plupart du temps sur Internet. Malgré les innombrables sites Web du genre, il nous a manqué cruellement de contact physique pour échanger et avoir des conseils personnalisés ! C’est là que je me suis dit qu’il y avait de la place pour une boutique éco-bio sous forme d’un point de vente physique d’abord, mais aussi d’une boutique en ligne.

2.       Pourquoi t’es-tu installée à Bayonne ?
Je ne me suis pas vraiment posé la question.
Bayonne est une ville accueillante, vivante et à taille humaine. J’y habite et je m’y sens bien. Le centre-ville reflète l’âme des habitants et de la citée en elle-même, je voulais contribuer à mon tour à le faire vivre en prenant part à la vie commerçante. Pour faire une boutique qui me ressemblait, je savais que ça devait être à cet endroit et pas ailleurs !

3.       Qu’est-ce qui t’a fait croire en ton projet ? Des amis, ton chéri… les banques (humour) ?

Très vite ce projet m’habitait, je ne pensais qu’à ça, je m’imaginais chaque jour dans la boutique. Mais jusqu’à sa concrétisation, il y a eu différentes étapes.
Je suis passé par des moments de doutes, de remises en question, des déceptions.
Le monde du commerce m’était totalement étranger, j’ai donc du surmonter les obstacles, détourner les pièges ou les arnaques, les agents immobiliers peu scrupuleux qui vous font croire à l’emplacement idéal quand il est facile de comprendre que c’est tout le contraire…
Il a fallu être patiente, convaincre mon entourage, les banquiers aussi.
Même avec beaucoup de détermination, d’énergie et de motivation, il faut avoir les pieds sur terre,  savoir où l’on va et mesurer les risques.
Mais, et heureusement, ma famille et mon chéri m’ont toujours soutenue. Ils m’ont aidée à croire en moi, à défendre mes idées, à me recentrer et à prouver que mon projet tenait la route. L’accord de la banque pour mon prêt a permis de passer du rêve à la réalité et d’amorcer  la phase de développement. Jusqu’au premier jour derrière le comptoir, j’avais encore du mal à y croire !
 
4.       Une boutique en ligne, c’est déjà pas mal et ça coûte moins cher finalement qu’un vrai magasin : pourquoi avoir choisir de faire les deux?
 
La boutique en ligne était primordiale pour moi pour plusieurs raisons. Pour me faire connaître et échanger facilement, pour présenter les produits et les marques, pour que les gens repèrent avant de venir en magasin et pour que les clients de passage puissent commander une fois  de retour chez eux.
Mais je ne me voyais pas rester derrière un écran, sans contact direct avec les clients. Le commerce « virtuel » ne me correspondait pas vraiment.
J’avais besoin de partager mon expérience, d’échanger, de conseiller les parents dans leurs choix, de leur faire toucher les produits.
Il était important pour moi de pouvoir expliquer ma démarche, le choix des marques et des collections pour que les gens adhèrent aussi au concept.
 
5.       Tu proposes des ateliers : une très belle initiative qui montre que c’est plus qu’un engagement cette boutique, finalement un vrai mode de vie. C’est quoi les prochaines animations, fais-nous rêver !
Je me suis mise à la place des parents et je me suis dit que j’aurais aimé pouvoir avoir des conseils sur divers sujets en rapport avec la parentalité quand j’attendais ma fille.
Quand on se penche un peu sur la question du maternage et qu’on cherche à consommer différemment, on se rend compte qu’il y a finalement bon nombre d’alternatives, c’est pourquoi il est important de bien se renseigner.
Pour se faire un avis, il faut fouiller, lire, prendre des avis, se documenter etc.
Mais rien de tel que de pouvoir rencontrer et échanger avec d’autres parents qui sont déjà passés par là avant nous et qui partagent les mêmes convictions !
L’idée des ateliers était de renseigner les parents, de transmettre mon expérience mais aussi de créer un lieu accueillant, d’échanges, qui va au-delà d’une simple boutique.
Pour les sujets un peu pointus, je fais bien sûr intervenir des experts pour proposer à la fois l’avis d’une maman et d’un professionnel !
Les prochaines animations : portage en écharpe, allaitement, haptonomie, ostéopathie et bien d’autres encore !
 
6.       Les nouveaux produits qui vont sortir en boutique ou que tu aimerais proposer à la vente ?
 
Une gamme de bolas prévues pour la fin de l’année et j’aimerais proposer une alternative aux produits plastiques pour tout ce qui est lunch boxes, emballages, boîtes à gouter, assiettes…

7.       Tu arrives à tout gérer de front : ta vie de maman et de chef d’entreprise ?
Ce qui est certain, c’est que je me sens enfin épanouie car je fais quelque chose que j’aime et qui me ressemble. Mais travailler pour soi prend du temps et de l’énergie et il est difficile parfois de couper juste en fermant la porte de la boutique ou de s’en tenir aux horaires d’ouverture!
Heureusement, ma famille me permet aussi de m’épanouir en tant que maman et de jouer mon rôle à fond ! Avec mon ami, nous sommes sur la même longueur d’ondes ce qui nous permet d’avancer dans la même direction et éviter les petites déconvenues du quotidien.
Quant à ma fille, elle peut effacer en une fraction de seconde une journée morose… Avec elle, chaque jour apporte son lot de surprises et de progrès et ça, ça vaut tout l’or du monde.
Alors mon équilibre entre super maman et super nana, je le trouve ici !

8.       Tes prochains projets (pro ou perso, à voir ;)) ?
Un voyage à la Réunion en famille pour le côté perso et pour le côté pro, dégoter de petites merveilles pour les fêtes de fin d’année… !

Pour en savoir plus sur Krapo Etik
Et pour gagner un coussin d’allaitement Lulu Nature avec Krapo Etik et les Seintes, vous avez jusqu’au 15 octobre pour participer au concours (réservé aux likers de la page des Seintes et de celle de Krapo Etik) !!

Krapo Etik
19, rue Bourgneuf
64 100 Bayonne
Ouvert du mardi au samedi
de 10h à 18h
05 40 07 55 97
http://www.krapoetik.com/ © Krapo Etik

Publicités

2 réflexions sur “Krapo Etik, la boutique « étik » pour nos petits crapauds : l’interview de Florence, sa créatrice !

  1. Pingback: Rencontre avec Florence, créatrice de Krapo Etik «

  2. Pingback: N’oublie pas mes petits souliers en cuir (avec du cadeau à gagner dedans !) «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s