En liberté conditionnelle

Hier n’était pas un jour comme un autre.
Pour deux raisons.
La première : j’ai été au cinéma avec mon Ours. Si si, t’as bien lu, t’as pas la berlue. Mon père habite près d’un ciné. Il a compris avec sa copine qu’on avait besoin de prendre du temps pour nous  avec mon Ours (et ils étaient surtout aussi contents de s’occuper de Zouzou). Cela m’a tellement fait plaisir d’aller au ciné, que j’en ai presque pleuré… T’y crois ? A moins que c’était un gros coup de nostalgie…

De là découle ma deuxième : hier, alors que depuis longtemps j’étais prête à de nombreux sacrifices en tant que parent pour mon enfant, hier, la cocotte était pleine, le couscoussier à ras bord, la casquette bien remplie.

Hier, j’ai eu le sentiment d’être mauvaise mère.
J’aime ma Zouzou plus que tout.
Mais j’aime aussi ma liberté. Enfin, ma petite liberté, aujourd’hui sous conditionnelle.
J’assume et j’ai conscience de ce que c’est d’avoir un enfant. Que l’on ne peut plus tout faire comme avant.
Je n’ai jamais eu aucun problème avec cela.

Puis, petit à petit, ces derniers mois, j’ai commencé à avoir des envies de sortir, de se retrouver tous les deux.
De faire comme avant.

Je n’ai jamais été une grosse fêtarde, à sortir tous les week-ends. Notre grand bonheur : le ciné. On est des dingues de ciné. On y allait 4 fois par semaine. Pendant près de 9 ans.
Puis on a eu un enfant. On savait que cette passion s’éteindrait, le temps qu’elle grandisse.

On adore aussi faire de bons repas avec les potes, refaire le monde, papoter.

On aime les plaisirs simples.

Zouzou grandit et petit à petit on arrive à re-profiter un peu, de temps en temps… Pas assez souvent à mon goût. C’est juste que c’est un peu comme le sucre ou le chocolat : quand t’y goûtes à nouveau, tu ne peux plus t’en passer, il te faut ta dose.
C’est légitime en tant qu’être humain, dans l’absolu, d’avoir envie de s’épanouir personnellement et dans son couple, pas uniquement à travers son enfant non ?

Des fois, comme aujourd’hui, j’aimerais juste être à deux, comme avant.
Mon Ours me manque.
Nous deux me manque.

Des fois j’ai envie de faire une pause : de ne pas avoir à répéter toute la journée « non on ne fait pas ça, tu peux te faire mal », « non, on se tient correctement quand on mange », « oui, je comprends que c’est frustrant ». Ne pas avoir à regarder tout le temps l’heure : repas, coucher, levé, organisation, timing serré…

Et j’aime pas trop ressentir ça. Non pas parce que c’est dur, juste qu’avoir une relation humaine qui passe par beaucoup de contraintes n’est pas simple à gérer. C’est pour son bien mais pas forcément pour le mien : j’ai l’impression d’être une marâtre et je n’aime pas trop avoir cette image… pas très positive. Pourtant, c’est mon rôle de mère que de lui mettre des limites et je n’ai pas le droit de faire autrement que d’embrasser ce rôle avec autant de force et de conviction que possible.

Je culpabilise.
Je me dis que je n’aime pas assez ma Zouzou.
Je me dis qu’elle est déjà à la crèche, que je ne passe que deux journées pleines avec elle… Et que du coup ces deux jours devraient être parfaits. Une mère douce, calme, compréhensive, là que pour elle ou presque.

J’ai honte.

Et pourtant, j’en ai besoin.
Juste un peu nous sentir deux.

Et comment on fera si on a un deuxième ??

L’ambivalence… adorer son enfant, avoir envie d’un petit frère ou une petite sœur, aimer son couple et d’autres petits plaisirs de la vie que celui d’avoir le bonheur d’être parent d’une petite si extraordinaire.
C’est tout le monde pareil ? Le « je t’aime mais c’est pas toujours simple » c’est normal quand on est parent ? Et ma Zouzou, elle le sent, que des fois je préfère passer un peu de temps uniquement avec son papa ?
Je sais que c’est bien de lui montrer l’image d’un couple uni. Mais sait-elle qu’on est vraiment là pour elle, toujours ?
Est-ce qu’on lui laisse trop de place, au détriment de notre couple ?

Comment ça le rôle de la mère parfaite / de conjointe parfaite / femme parfaite (rayer la mention inutile… s’il en est) n’est pas à pourvoir ?? On me dit même que cela n’existe pas… Ah bon ?!
Je me mettrais trop de pression ?
Idéaliste moi ? Si peu…

Aujourd’hui, c’est sûr, j’appelle le Bureau Infos Jeunesse du coin pour obtenir une liste de baby-sitters. Pour trouver une autre baby-sitter. Pour qu’une fois par mois on prenne une bonne bouffée d’oxygène et de sentiments amoureux.
Il le faut.
Pour nous, pour moi… et peut-être un peu pour ma Zouzou ?

Constantin Brancusi, Le Baiser, 1923-25

Publicités

21 réflexions sur “En liberté conditionnelle

  1. Pour ma fille ca a été plutot facile de retrouver une vie de couple ! Mes parents habitaient à 10km de chez moi et avaient le ciné a coté. Du coup, on se faisait de temps en temps un ciné et mini-papa chez les grands parents. Je ne culpabilisais pas parce que ca nous faisait du bien et elle du coup était plus calme vu que je pouvais décompresser !
    Pour mon fils c’est un peu plus dur car on n’a plus personne autour et la babysitter ca devient tout de suite un autre budget !

    J'aime

  2. Encore beaucoup de franchise, merci beaucoup! Les questions et les envies de toutes maman (et de tout papa), tu les exprimes tout à fait… parce qu’on est mères c’est sûr, mais pas que ça en fait. On est des amoureuses, on est des bosseuses, on est des copines, on est des nanas, des sportives, pleins de trucs, et c’est quand même normal que ça ressorte de temps en temps…

    J'aime

  3. Ce ciné t’as fais le plus grand bien me trompe-je?!
    Très bien tournées toutes tes interrogations encore un article intelligent sur un sujet qui nous maman nous touche toutes.

    C’est dur, une fois que l’enfant parait, de se re-situer et de se dire qu’avant on était avant tout un couple et que de cette fusion on est devenu parents ( une fois , deux fois, trois fois voir plus !)
    Suis comme toi en ce moment j’aimerais sortir , de ma maison, sortir tous les deux se faire un resto, profiter d’une soirée se coucher un peux tard ( après 23h quoi) sans avoir à se dire demain matin faut assurer …

    Une baby-sitter c’est bien mais le lendemain ça gère pas quand on a pas les yeux en face des trous (et dès fois ne pas avoir à gérer ça nous ferais pas de mal).
    Les parents, c’est bien encore faut-il les avoir à proximité et pour ma part avoir une maman qui travaille dans l’hôtellerie/restauration qui bosse le dimanche matin à 7h ça aide pas non plus, mon papa bosse à l’autre bout de la terre pas pratique non plus ( si on peux même plus compter sur les grands parents on fait comment !! je lol bien sûr )

    Quand on en a deux c’est pareil qu’avec un faut trouver la personne à qui les confier pour pouvoir sortir respirer, nos enfants ne nous en veulent pas d’avoir envie de rester avec notre chère moitié car ils nous aiment d’une façon inconditionnelle et ils comprennent que quand on revient on est regonflé à bloc ! et nous voir bien les rends heureux.

    Sur ce j’arrête de discutailler pour aujourd’hui j’ai l’impression que mes mots ne se retranscrivent pas comme je le voudrais et que je m’emmêle, comme un lundi quoi ;)
    Biz :) ehhh !! t’as été au ciné avec ton Ours !!!

    J'aime

    • J’espère que petit à petit tu trouveras des moments pour toi, mais aussi pour ton couple. Pas facile de lâcher tout ça… Et je pense que tu as raison… si on est bien, ils sont bien. Je vais méditer là-dessus ;)

      J'aime

  4. Mais c’est quoi ce mythe de « j’ai des enfants donc pour être une bonne mère je devrais m’oublier complètement et les avoir avec moi h24 et ne rien faire d’autre »? Je dis peut-être ça parce que j’ai pas encore le mien dans les pattes (plus que 6 mois, haha!), mais franchement il n’y a rien de choquant ni de honteux dans ce que je lis là.

    Il n’y a aucun problème à donner les enfants à Mamie Machin ou à Tata Truc un soir, un week-end, parce qu’on a envie de faire autre chose. Les grands-parents adorent leurs petits enfants, les enfants adorent leurs grands-parents, pourquoi ne pas utiliser cela comme un atout anti-burnout?

    Je sais pas, à la maison, on était 5 gamins, ma mère n’a jamais hésité à nous mettre un jour chez Mamie, une semaine chez Tata pendant les vacances pendant que les deux parents partaient seuls en amoureux faire un truc pendant 8 jours, appeler la baby-sitter pour aller dîner chez des amis etc. On a été très contents que ça se passe comme ça parce qu’on aimait aller en vacances chez mamie et papi, qu’ils adoraient nous avoir chez eux. J’ai un petit frère qui a passé ses premières vacances chez Mamie alors qu’il avait un an et demi, quand un été on devait partir en vacances avec des activités prévues qui n’étaient pas adaptées avec un bouchon de cet âge. Il a passé 8 jours là bas et il n’y a eu absolument aucun problèmes. A partir de l’âge de trois ans, je passais un mois complet avec mon grand-frère chez ma grand-mère en Auvergne. A la fin du mois, je faisais semblant d’être malade pour ne pas repartir. Aujourd’hui on est grands, on ne garde que des bons souvenirs de ces moments sans les parents, et on ne s’est jamais dit que nos parents ne nous aimaient pas assez. L’acte d’amour se place ailleurs.

    Enfin voilà, je lis beaucoup, partout, des témoignages comme le tien et ça m’interpelle. Il est normal d’avoir envie de se décharger de ses enfants parfois. Je tiens peut-être ce discours parce qu’on est une famille nombreuse et que si ma mère n’avait pas fait ça régulièrement, elle serait peut-être morte d »épuisement depuis longtemps. Mais pour ma part ça paraît assez clair que dès mon WMinus sera apte à être déposé chez Mamie (comprendre: dès qu’il ne sera plus au sein en permanence), et bien il ira quelques jours. Parce que ma mère n’attend que ça d’une part, elle m’en parle depuis même avant ma grossesse (« tu me le donneras en vacances hein dis, tu me le donneras? »), et pour qu’on puisse souffler nous aussi d’autre part, devenir parents ne donne pas de super-pouvoirs donc faut bien décompresser de temps en temps, sortir, voir des amis. Ou juste aller au ciné voilà.

    On va peut-être me dire « tu changeras d’avis quand ton bébé sera là et ça te fera chier aussi ». Peut-être. Ou pas? J’aurais tendance à dire « ou pas », vu mon modèle familial en la matière et la façon très naturelle que mes parents ont eu de nous confier régulièrement ici et là, baby-sitter comprise. Mais on verra, effectivement, quand le bébé sera là!

    J'aime

    • Non mais non mais merci !! Merci pour cette vision du côté de l’enfant de ces libertés prises par les parents. Cela fait un bien fou et remet les choses à leur place. Non l’enfant ne doit pas être tout le temps le centre du monde. Et cela ne doit pas le servir réflexion faite..
      Mais de là à laisser ma Zouzou un mois, hum, va me falloir un grand travail sur moi-même ^_^

      J'aime

      • Ben disons que à l’époque, mes parents travaillaient,donc ce mois de vacances chez Mamie était plus que bénéfique pour nous. On était à la campagne, au soleil, mes grand parents nous emmenaient à la pêche, nous promener, nous baigner à la rivière…valait mieux ça que de rester chez la nounou parce que maman ne pouvait pas avoir de vacances tout ce temps! Et en plus pour elle, c’était gratuit^^. Et pour nous, c’était grosse impatience au moins un mois avant. « C’est quand qu’on va au Clos, Maman??? »

        Et puis tu sais, de ce que j’ai vu de moi enfant et de mes frangins, et de mes cousins aussi qui ont toujours passé les vacances avec nous chez les grands-parents (on est une famille trèèèèèèèès nombreuse), les vacances chez la famille sans les parents, ça fait beaucoup de bien, à tout le monde. On vit à un autre rythme, on a pas droit aux même choses, on découvre d’autres lieux…y a que du bon là dedans pour les gamins! Et puis rien de tel pour créer des liens avec les ancêtres, les cousins, les tantes…chose plus difficile quand on ne fait que les voir le temps du déjeuner dominical par exemple, ou trois/quatre fois par an parce qu’on est loins!

        Allez courage ;)

        J'aime

  5. C’est quand même fou, tout ton blog, j’ai l’impression que tu racontes ma vie !!

    le gros gros ras le bol je ‘ai eu la semaine dernière. ma mère est venue, s’est occupée de ma fille toutes les journées, je l’ai mise à la halte-garderie malgré sa conjonctivite. C’était mal mais obligé… je ne me reconnaissais pas en lui parlant…

    tout comme toi, le temps du sacrifice est en partie terminé et j’ai aussi prévu d’appeler une baby-sitter cette semaine…

    tu es loin d’être une mauvaise mère. C’est mieux pour elle je t’assure. Moi quand je sature, je suis avec elle, mais pas là à la fois (iphone, mails, blogs, je fuis et elle le sent). Alors je prefere etre moins avec elle mais à 100% là.

    tu habites où déjà ?? quand est-ce qu’on se voit ??

    J'aime

    • Merci pour tes mots ma belle. Oui, je crois qu’on vit vraiment les mêmes choses. Même histoire perso ? Même sensibilité ? Même poupette du même âge ? Je ne sais pas, mais cela fait du bien de te lire.

      Je suis à Soustons dans les Landes. Ma porte t’es grande ouverte :)

      J'aime

  6. Ce que j’admire en toi, c’est ta franchise. On la ressens à travers tes lignes. J’adore te lire.
    Je te rassure, tu n’est pas une mauvaise mère. J’ai coutume de penser que se poser cette question est la preuve que l’on en est une bonne.
    Courage, le temps va t’aider et tout rentrera dans les cases comme on dit !

    Des bisous
    Bon , bein moi je suis de Metz …

    J'aime

    • Merci ma petite pomme :) J’essaie de mettre les mots les plus justes sur des émotions pas toujours simples à définir. Et cela m’aide, vous toutes vous m’aidez, à définir ou redéfinir le mot « mère » et peut-être aussi « confiance en moi ».
      Metz ! Pff entre toi, moi et Baby Pop on est aux quatre coins de la France. Mais sait-on jamais ;) La France n’est pas si grande ;)
      des gros bisous et surtout repose-toi bien.

      J'aime

  7. Je lis souvent, mais je laisse rarement des messages… Je me retrouve beaucoup dans ce que tu écris, et ça fait du bien de le voir écrit justement ! Je ne prend pas le temps de me poser pour écrire ce que je ressens, certaines mamans bloggeuses le font pour moi…
    J’éprouve le même sentiment avec mon fil de 21 mois, de me perdre un peu moi-même… Pourtant qu’est ce que je l’aime, qu’est ce que j’aime tous ces moments passés avec lui… Mais c’est du temps plein et c’est pas toujours simple de le laisser quand les grands parents travaillent encore beaucoup, et que le loulou se réveille à 5h30 le matin… La baby sitter on a fait de temps en temps, mais c’est clair qu’il faut assurer le lendemain…
    Mais en soi je n’ai absolument rien contre l’idée de laisser mon fils à quelqu’un même si on est très fusionnels ! J’ai de si bons souvenirs des moments passés chez mes grands parents aussi, même très jeune, même longtemps, que je ne voudrait surtout pas le priver de ça, au contraire, j’espère surtout qu’il y aura droit aussi…

    Et le pire dans tout ça, c’est que là que je commençais à me reprojeter dans des activités pour moi, bah je remets ça, l’envie du deuxième a quand même été plus forte !

    Courage on reprends ses marques jour après jour je crois, le ça évolue constamment !

    J'aime

    • Rien n’est immuable ;) Moi aussi envie du deuxième. Et pourtant pas envie de se mettre de côté. Ambivalence quand tu nous tiens ;)
      Félicitation, pour cette décision et cette nouvelle vie que tu accueilles en toi. Cela reste magique de porter la vie, même si ce n’est pas simple d’être.. juste humaine.
      Merci d’avoir posté ce message :)

      J'aime

  8. Arf, plus je te lis et plus je me dis qu’on vit toutes la même chose..
    Mon bébé a 9 mois et ça fait 18 mois que notre vie tourne en orbite autours de lui, il est petit mais prend beaucoup (trop?) de place..
    Etre maman et femme est une conciliation plus que difficile et tu n’es pas une mauvais mère pour autant, on est pas des superwoman!!
    Dans notre cas, on s’est expatrié trop loin pour que la famille prenne le relai alors les sorties et l’idée même de revivre comme avant ne sont qu’un rêve qui n’est pas à notre portée…
    Dernièrement quand on me parle d’un éventuel deuxième je pense juste à me petit suicider en live..
    Courage, petit à petit vous vous retrouverez en tout cas je vous le souhaite..
    Bisous

    J'aime

    • Tu es en Espagne c’est ça ? Essaie de te prendre du temps au moins pour toi faute d’en avoir pour le moment pour ton couple Et puis un petite dîner aux chandelles avec le papa une fois le petit couché, ça n’a pas la même saveur qu’un resto mais ça peut aider ;) (surtout avec une bonne bouteille ;))
      Courage !

      J'aime

  9. Encore hier, ma mère me sortait qu’aujourd’hui, les enfants sont trop le centre du monde de leurs parents, de la famille. Elle me fait doucement rigoler parce que je vois mal ce qu’elle faisait de vraiment différent avec ma sœur et moi par rapport à ce que je fais avec mon fils… je crois qu’elle se souvient pas bien ! C’est juste que mon fils est beaucoup plus demandeur que ma sœur et moi ne l’étions sûrement, question de tempérament. Mais bon, avec un enfant en bas âge, je crois qu’il est difficile de faire autrement.
    A part penser à se réserver du temps pour soi, notamment en couple, comme tu l’évoques.
    Depuis un certain temps, l’idée d’un week-end en amoureux me tente follement mais Papa Sioux est difficile à convaincre : je crois que c’est lui le plus accro. Et encore, ça serait pour laisser notre fils chez nous, gardé par ses grands-parents donc idéal niveau environnement et conditions de transition. Moi aussi si je réfléchis trop, je me dis que je vais avoir du mal à me passer des câlins et de la présence de mon petit bout. Mais en même temps, nous retrouver autrement que comme des parents… ça serait si bon !!!!
    Je vais encore travailler Papa Sioux au corps !
    Bon courage pour faire évoluer votre équilibre et trouver un moyen de vous retrouver de façon régulière. Plein de pensées !!

    J'aime

    • Travailler Papa Sioux au corps ;) la chair est faible, tu arriveras à le convaincre à partir un week-end en amoureux (même si j’en suis incapable pour le moment… c’est pas comme si ma Zouzou allait faire deux ans…) Merci pour ton commentaire ;)

      J'aime

  10. Je trouve ton article très bien écrit et très juste.
    Etre mère nous renvoie à tout un tas de questionnement dont celui du temps pour nous et pour le couple. Ca n’est pas simple, surtout quand l’enfant est petit. On essaie toutes et tous de faire au mieux…Mais quand je vois comment est la vie avec un seul bébé, j’admire les parents qui arrivent à gérer tout avec 2 (voire +)!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s