Le cerveau placenta

Il y a, parmi les phénomènes liés à la maternité, un symptôme qui n’a de cesse de me turlupiner (j’adore ce mot).
Ce phénomène c’est le cerveau placenta, que d’aucuns appellent également le Syndrome du neurone unique (SNU).

Là, par exemple, si t’es enceinte, t’as déjà oublié la première phrase que t’as lu. Ou si on te demande ce que tu faisais hier à la même heure, tu es incapable de le dire – moi non plus d’ailleurs… mais j’expliquerai le pourquoi du comment plus loin.

Quand t’es enceinte, tu deviens débile, blonde profonde de l’intérieur, tu as autant de mémoire que Doris dans Némo, tu as un QI qui frôle le plancher des vaches.

Le pire c’est que t’y peux rien.

Je me considère dans la norme intellectuellement. Je sais que j’étais je suis de ceux qui ont l’esprit vif. Hop un calcul de tête, une idée à avoir : tagadatsouintsouin, je suis là, c’est moi, l’excitée des neurones.

Quand je suis tombée enceinte, sans parler des trois premiers mois où j’étais là, mais pas là (les nausées du matin au soir, du soir au matin, la fatigue intergalactique qui frappait la marmotte que j’étais déjà), le diagnostique n’a pas loupé : j’ai moi-même été atteinte du cerveau placenta. Traduction : tous mes neurones étaient passés de ma tête, à mon utérus. Voire à mon placenta : et comme ma Zouzou bouffait grâce à mon placenta, elle bouffait chaque jour ce qui me restait de neurones.

Tu me disais « 2+2 », je te répondais… rien. J’essayais même pas de calculer, mon cerveau faisait un blocage, une erreur 404.
Comprendre un épisode Oui-Oui me demandait un effort surhumain.
Même mes bouquins de grossesse me filaient des maux de tête : une page par jour, pas plus.
Il fallait me parler des oiseaux, du beau temps et des trucs de fille à la limite, j’étais écervelée comme une gamine de 15 ans dopée aux hormones.

Combien de fois j’ai trouvé des choses dans des endroits insolites.

Limite si je demandais pas à mon Ours tous les matins qui il était et ce qu’il faisait dans mon lit. Pathétique j’te dis.

Tu te dis que 9 mois avec le QI d’une poule – l’animal, pas la fille, quoique les deux sont bêtes à manger du foin -, ça doit bien pouvoir s’expliquer, que décidément, c’est pas possible d’en arriver là, moi qui ait fait des études universitaires. De bac+5, je passais à niveau bac à sable.

Alors en bonne curieuse que je suis, ou psychopathe, appelle ça comme tu veux, je me suis penchée sur cette épineuse question : que disent les études scientifiques de la perte de mémoire et de capacité intellectuelle qui frappent les femmes enceintes ??

Ben… rien. Une seule étude a été menée et elle n’a révélé aucun lien scientifique entre la perte de mémoire et l’état de grossesse.

Pourtant, je l’ai bien senti moi ce syndrome…

Ah moins que cela s’explique juste par les milliers de questions qu’une femme enceinte se pose chaque minute de sa grossesse, des angoisses qui l’assaillent quant à sa capacité à être mère, au demi-milliard de produits/mobilier/équipement/vêtements qu’il faut prévoir pour le jour J, ou encore par rapport au deuil qu’elle doit faire de son ancienne vie…

Le vrai problème dans l’histoire, c’est que je ne suis plus enceinte, que ma Zouzou va faire bientôt 2 ans (putain !! euh pardon, je me soigne pour les gros mots, Zouzou qui répète tout oblige… Diantre !) et que j’ai pas vraiment récupéré tous mes neurones d’avant… Ouh ouhhhh, petits neurones, où êtes-vous ?? (Non, pas dans mon cul, j’ai regardé merci.)

Voilà à quoi ressemble mon neurone unique. Je t’ai épargné une image de placenta, hein, si t’as envie de vomir, tu vas sur google image.

Publicités

22 réflexions sur “Le cerveau placenta

  1. Bob razowski c’est top comme image ;) Ma puce vient de les avoir les deux ans et bon tes neurones je sais pas où ils sont, mais probables qu’ils se soient fait la malle avec les miens et ils doivent être entrain de se marrer pendant qu’on peine!!

    J'aime

  2. Tellement vrai que parfois je me suis fait des frayeurs, au boulot notamment, mais aussi en voiture (oubli de mettre la ceinture, de regarder mon angle mort etc…).
    Les neurones nos enfants les ont mangé pendant 9mois et continue de les manger chaque jour au petit déjeuner. C’est la seule hypothèse plausible!

    J'aime

    • Huhuhu, ça me fait penser à ma cousine, elle est presque à terme là, et pendant sa grossesse elle a oublié trois fois son frein à main. Dont une où ça aurait pû être vraiment problématique, rue en pente, plein de bagnoles garées…heureusement, elle avait oublié -justement!- de redresser ses roues en se garant et la voiture a fait seulement une mini course de 50cm dans le caniveau.

      Comme quoi, l’oubli peut AUSSI avoir du bon, ahah!

      J'aime

  3. Moi ils commençaient à peine à revenir que je suis retombée enceinte …
    Et alors là ca a été pire. Il ne fallait rien me dire j’oubliais tout. Mais j’arrivais tout de même à garder mon neurone pour le travail !
    Par contre pour les objets dans des endroits insolites … je suis à peu près sure que c’est mon mari qui range n’importe où !
    Heureusement que ma fille me rappelle au moins 2 fois par semaines que j’ai oublié de l’attacher dans la voiture !

    J'aime

  4. Ah ben génial, je me demandais justement s’il y avait des études sur le sujet! Merci pour cette recherche!
    J’y ai pas échappé non plus, j’étais comme toi les 3 premiers mois, puis les 6 suivants ont été pire, j’ai également été frappé du SMU (syndrome du muscle unique), bref une larve incapable de bouger sous menace de malaise constant. Les pertes de mémoires, je n’en parle même plus, parfois j’ai l’impression que mon entourage se ligue contre moi comme on se liguerait contre mémé paulette pour l’envoyer en maison de retraite en la faisant passer pour sénile.
    On m’a dit que l’allaitement n’aidait pas à retrouver un QI décent, du moins pas tant qu’il continuait toujours. L’ocitocine serait aussi l’hormone de l’oubli, génialement prévu par la nature dans le but de faire oublier l’atrocité de la grossesse et l’accouchement, une manipulation vicieuse visant à assurer notre constante reproduction.
    Je te rassure, une 2ème grossesse n’a pas empiré les choses.
    Je pense aussi que c’est surtout la fatigue liée à tous les bouleversements qui nous empêche de penser clairement. Car quand je veux je parviens à faire des comptes sans calculatrice ou même à comprendre des théories complexes, le problème, c’est + au niveau de la concentration en fait.

    J'aime

  5. Ah oui, moi je croyais que c’était un mythe ?!
    Je pense surtout que c’est un problème lié au manque de sommeil créé par ces ptits gremlins (et là je vois comme je suis fatiguée, car en me relisant j’avais écrit « manque de fatigue »… C’te blague) !

    Tu ne dors pas quand :
    – tu es enceinte,
    – bébé ne fait pas ses nuits,
    – il fait ses dents,
    – il ne veut plus se coucher le soir,
    – il fait des terreurs nocturnes,
    – il fait des cauchemars…

    Puis tu ne dors pas quand :
    – il sort le soir,
    – il découche,
    – il n’habite plus là…?

    En fait tu tires juste un trait sur la nuit. Et ça, c’est pour UN enfant :|

    J'aime

  6. MDR. Excellent!! Ca me rassure dis donc! J’en suis déjà à mon 2ème post là-dessus aussi car c’est vraiment affligeant ce neurone unique (enfin, représenté comme ça, jvais peut être l’aimer finalement…)
    Et moi, qui pensait que ca allait me passer après 6 mois, voilà tous mes espoirs anéantis. lol

    J'aime

  7. Mdr, merci pour tes recherches kiki, moi aussi je suis sure qu’il y a un lien!
    Mais en fait je pense que c’est fait exprès pour qu’on ne se souvienne pas de notre vie d’avant..genre pour qu’on regrette rien et qu’on l’envoie pas dans les bois sans petits caillous..
    Alors moi pendant la grossesse j’étais limite mais j’ai survécu..par contre depuis que mon fils est né c’est une vrai cata…l’autre jour on est partis à la garderie et une fois en route je m’étonnais de ne pas voir sa tête dans le rétro, normal j’avais laissé le siège auto tourné vers la rue et monsieur se bidonnait de voir le paysage par la fenêtre..
    No comment..
    En arrivant à la maison je me rend compte que j’avais laissé la porte d’entrée de la maison grande ouverte..heureusement on vit dans un endroit plutôt safe..
    Le notre non seulement il m’a bouffé les neurones mais en plus ils nous empêche de dormir..je crois qu’il veut notre peau..

    J'aime

  8. Merci, merci, merci !
    Enceinte pour la première fois, personne ne m’avait prévenu que je perdrais mon cerveau en route. Même pas le temps de sauvegarder les données bien à l’abris pour l’après bébé …
    Suis rassurée maintenant … ou pas vraiment ….

    J'aime

  9. Ma fille à onze ans! Je suis rassurée de voir que je ne suis pas un cas unique! Je me suis souvent senti neuneu. A moi seule j’ai du réunir tous les symptômes énumérés ci-dessus…même jusqu’à l’oubli du frein à main qui aurait pu coûter des vies si un gars intrépide n’avait bondit à temps!!!
    J’ai mis plusieurs années à reconstituer un capital Neurone décent, et je dois dire que ça fait pas longtemps!…un ans peut-être?
    Devenir maman solo à 100% un mois après l’accouchement n’a pas favorisé la chose il est vrai! ;-)

    J'aime

  10. Pingback: {Mon HAPPY Birthday} Day7 – 9 mois dans la boîte |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s