Les gros yeux

Hier, c’était jeudi. Jour des courses. Jour de non crèche.
C’est LE jour où je dois être en forme pour gérer ma Zouzou (genre avoir plein d’idées d’activités, de patience…).
Et où je le suis jamais…
Le jour où je passe du temps en tête à tête avec ma Zouzou.
J’adore…

On va faire les courses : j’adore ça autant qu’elle… si j’étais pas tout le temps en retard.
Oui, t’as bien lu, t’as pas la berlue : j’adore.
C’est notre moment à nous. On rigole, on se fait des chatouilles entre deux rayons, elle sourit en coin aux « dames » et aux « monchieu », elle m’aide à remplir le Caddie… et tape parfois la causette au paquet de jambon que je lui confie.

Hier, après un chant du « napanaplus » (pour ceux qui ont pas suivi au fond de la salle, lis mon dernier billet) et un harcèlement à coup de « les Barbapapas là, à la télé, teuplait, un petit peu », on part à la voiture. Et là elle me fait le énième coup du « napanaplus » de la matinée. Elle était là, en plein soleil, fronçant les sourcils et disant « là, napanaplus, chercher pain ». En gros : « Laisse tomber les courses la veille, moi je me casse chercher du pain. »
Avec sa petite gueule d’ange et ses grands yeux bleus, on a du mal à croire qu’elle soit aussi autoritaire.

Même que des fois, c’est pas moi qui lui fait les gros yeux… mais bien elle.
Pour rigoler hein.
Entre deux déconnades.
Sauf que moi, ça me fait peur…

Mon futur-ex-bébé qui s’affirme autant, ça me fait flipper.
Adieu l’angélisme, bonjour opposition.
Dans ta gueule maman !

Après avoir réussi à la convaincre gentiment qu’on allait faire les courses et que ça serait vraiment « plus fun » (super l’argument…) que de chercher du pain, on part.
On fait les courses.
On revient, à la bourre – ben ouais, avec un enfant, tu rattrapes jamais ton retard, au contraire, tu as tendance à creuser le fossé à coup de pelleteuse.
Je prends les courses-qui-pèsent-un-âne-mort-et-que-je-dois-monter-après-douze-putain-de-marches et là, je lui dis : « Allez on monte ma biche. »
Là, elle me dit « non ».
Bon, c’est peut-être parce que je l’affuble de surnoms ridicules, shame on me, mais j’assume, elle est trop choubidou ma petite Zouzou.
Mais bon.
Elle réitère encore et encore son refus, moi, argumentant tant bien que mal…

Et là elle me sort des « non » genre, gros non, non négociable, avec les gros yeux.

Je me suis dit en mon for intérieur : « Wouhhh pinaise, t’es pas sortie de l’auberge, t’as pas qu’un peu le cul dans les ronces » (avec la voix d’Homère Simpson).

Bon, ben moi j’ai rigolé.
Non mais les gros yeux, à 2 ans. J’y croyais pas mes yeux… justement.

Et heureusement que j’ai rigolé : cela l’a fait rire, et elle s’est décidée à venir.
Rire = arme de destruction massive de situation tendue.
Well done.

Je ne sais pas pourquoi, mais les prochains mois qui vont arriver vont être aussi riche en découverte de ma Zouzou… qu’en négociations !

Voilà, quand elle fait ses gros yeux, elle me fait peur comme Hannibal Lecter…

Publicités

2 réflexions sur “Les gros yeux

    • Oh oui, un vrai clown… Et, merci me dire ça, en te lisant je me suis dis que ouais, on a une relation sympa, et je me suis rappelée que j’ai l’immense chance de profiter de ma zouzou comme ça. Faute d’avoir du boulot, j’ai au moins ce grand plaisir :)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s