Toi mon Doudou

Cher Doudou,

Sache que c’est la dernière fois que je t’écris : ben oui, tu n’es pas sans savoir que j’ai 30 ans et à 30 ans, j’ai plus besoin de toi. Si, je t’assure.
Il y a même longtemps que j’aurais dû te lâcher… mais je n’y arrive pas. T’es comme une drogue, tu coules dans mes veines et m’obsède. J’ai même des crises de manque… Absurde.
Petite, je me soulais à toi jusqu’à ne plus en pouvoir.
Je t’ai quand même bien boudé pendant deux-trois ans il y a 15 ans, j’ai même failli mettre ma santé en danger.

Mais là, c’est fini entre nous.
Ne crois pas qu’il s’agit là d’une résolution bidon pour la nouvelle année : pas de ça chez moi.
Non, c’est vraiment fini entre nous.

Oh et puis me regarde pas avec ces yeux de chien battu : tu n’as aucune chance que je change d’avis.
Tu comprends, ce n’est plus possible, j’ai besoin que tu me lâches les basques mais aussi mon ventre, mes hanches, et surtout ma tête.

TU N’ES PAS LA SOLUTION !

Et puis j’en peux plus : parfois je cache notre relation aux autres en disant que je suis gourmande… Gourmande ? Pas vraiment, tu me fais plus de mal que de bien.
Le plaisir de manger : je l’ai si peu quand je traverse ces phases où tu es Doudou.

Alors toi, là, mon Doudou, la nourriture, ouvre bien les oreilles : je compte bien en finir avec toi bientôt.
Tu ne me feras plus de mal.
Et je ne croirais plus jamais que je peux me faire du bien et remplir mon manque d’amour grâce à toi.
Et puis tu peux bien essayer de m’attirer : macarons, chocolats, pâtisseries, j’en ferais fi !
Car en vrai, même si les bras t’en tombe, ce que je kiffe par-dessus tout, ce sont les légumes, les poissons, les plats beaux et légers, mais aussi colorés !

En vrai, j’ai un appétit de moineau, alors que tu me fais manger comme deux.
Mais à chaque fois je cède à tes sirènes : « Si tu me manges tu te sentiras mieux, tu me mérites ». Tu peux désormais mettre tout cela au passé !

Je te dis adieu et à jamais Doudou.
Tu peux effacer mon mail et oublier mon nom : je serais de toute manière aux abonnées absentes.
Tu peux donc prendre tes chips et tes Mars et plier bagages.
Et c’est pas la peine de revenir, ta place sera occupée par ta pire ennemie, « Balance ».

Signé : celle qui ne pouvait plus continuer comme ça

Ouais, c’est ça, regardez-moi bien mes mignons, parce que vous allez pas me voir souvent !

Publicités

3 réflexions sur “Toi mon Doudou

  1. Pingback: Que m’est-il arrivé ? |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s