Reprendre contact : on s’appelle on s’fait une bouffe, on s’épile on se fait une touffe ?

Faut que je reprenne contact avec elle. C’est ce que je me suis dit cette semaine.
Je ne sais pas comment, je l’ai un peu perdu de vue ces derniers temps.
Pourtant, c’est pas compliqué.
Mon chemin croise souvent le sien…

Je me suis juste rendue compte que ça fait un bail que je lui ai pas dit des choses gentilles.

Hier, j’avais rendez-vous avec elle.
Seuls des mots durs sont sortis de ma bouche.
On peut dire que je n’ai pas été vraiment sympa.
Pourtant, ça devait être un moment agréable.
Elle a eu envie de pleurer… à cause de moi.

En même temps, c’est compréhensible.

Je trouve qu’elle a grossit.
Qu’elle est moins jolie.
Moins heureuse aussi.
Elle ne fait rien comme il faut, avec son mari.
Avec sa fille.
Ou sa famille.
Ou même ses amies.

Tu te dis : « Mais pourquoi elle reprendrait contact avec elle si elle pense tout ça ? »
Parce que cette reprise de contact, elle est vitale.
Et c’est en fait de moi que je parle.
Moi que j’ai oublié.
Oublié d’aimer.
Si tant est qu’un jour j’y sois parvenue.

Je ne veux pas de moi.

Voilà, les mots sont sortis.
Ils sont forts, mais c’est la vérité.
Ils en entraînent d’autres, pas plus jolis.
Je ne m’aime pas.

Je hais mon corps, cet amas de chair insensible, encombrant, dont je ne sais quoi faire.
Dont je n’ai jamais su quoi faire.
Je l’habille pour le cacher.
Je ne le regarde plus.
Je ne sais plus à quoi il ressemble.
J’ai même l’impression qu’il change de jour en jour.
Parfois gros, parfois pas si horrible pour le trouver moche le lendemain.
Ma vision se déforme au gré de mes émotions.
De mon mal-être.

Je me sens seule.
Je suis seule.
Et je me sens coupable, coupable de ne pas m’aimer assez, de ne pas m’aimer tout court.
Chaque jour qui passe, c’est une montagne de reproches.
Chaque jour qui passe, je m’estime de moins en moins.

Depuis toujours, ma tête d’un côté, mon corps de l’autre.
L’une espace de liberté.
L’autre barrière avec le monde extérieur.
L’une me fait du mal.
L’autre me fait mal.

Mon corps, si froid, sans plaisir.
Si douloureux.
Il n’y a qu’en ayant mal que je le ressens.
Il n’est rien sans l’autre.
Rien que désagréable.

Devoir l’apaiser, en pleurant,
En mangeant.
Même quand je n’ai pas faim.
Toi, la nourriture, mon doudou qui ne suffit plus.
Ma drogue.

Alors il faut que je reprenne contact.
Ou juste que je fasse connaissance.
Que je (re)construise mon image détruite et déformée par mes pensées… ses pensées.

Libérer mon corps, de l’emprise,
Libérer des émotions,
Le libérer et l’ouvrir à la vie.

Déverrouiller et arrêter d’avoir envie de me rouler en boule,
De ne plus exister.

Je veux m’aimer.
Je dois m’aimer.
C’est une histoire entre moi et moi.
Un combat que je dois mener seule.

Sans ça, jamais l’amour des autres ne pourra me combler.

Pablo Picasso, Femme qui pleure, 1937

Publicités

16 réflexions sur “Reprendre contact : on s’appelle on s’fait une bouffe, on s’épile on se fait une touffe ?

    • Merci vaallos. Dur à écrire, non, libérateur. Mettre des mots me permet de prendre conscience.. Et je me dis que ça peut toujours aider quelqu’un de se dire qu’il n’est pas seul à ressentir la même chose. C’est la raison qui me pousse à cliquer sur le bouton « publier ». Merci pour tes mots :)

      J'aime

  1. J’aimerais tellement trouver les mots pour te soulager… mais je crois que c’est une quête trop personnelle.
    Mais juste par rapport à ton super titre, je me confie un peu, une petite épilation me réconcilie souvent avec moi même.
    Bon voilà ça y est je l’ai dit… oups.

    J'aime

    • Comme tu le dis. Même si les mots doux me soulagent, cela ne panse pas les plaies. Heureusement l’amour de mon Ours et de ma Zouzou m’aident. Mais je sais aussi que c’est moi qui doit bouger, qui doit apprendre à m’aimer. Sans ça, je demanderai toujours plus d’amour, de tendresse et cela ne suffira jamais…
      Pour l’épilation, moi aussi ça me fait toujours du bien ^_^ Sinon t’es plutôt intégrale ou ticket de métro ^_^

      J'aime

      • en ce moment c’est plutôt je viens d’accoucher laisser moi tranquille… il fut un temps – bon ok ça remonte pas mal – c’était ticket de métro… à l’époque où je mettais des strings!

        J'aime

  2. je t’offre une séance photo? c’est bon pour se voir autrement en général et aussi je t’offre des tas de bisous, des calins et du réconfort. Je ne comprends pas, moi je te trouve tellement jolie !

    J'aime

    • Tu comprends mieux pourquoi je disais que j’adorerais que tu me prennes en photo ? Mais je ne me sens pas prête encore :S Merci pour tes mots… mais tu vois je suis tellement pas sûre de moi que je me dis que tu dis ça par gentillesse… Oui je sais, je pousse à la violence #PasTaper

      J'aime

  3. Pourtant, objectivement parlant sans prendre en compte que je t’adore toussa, je trouve que tu n’a rien a envier, tu es toute belle, un sourire éclatant !!

    Apprendre à s’aimer, c’est dur, je sais de quoi je parle, je ne m’aimait pas avant, et encore moins depuis que La Gluante est là. Parce qu’on lui dit oh que tu es belle, tu ressembles fort à ton papa. Du coup je me dit, ben oui, heureusement pour elle.

    Je me trouve encore plus moche depuis qu’elle est là. Parce que je sais que je ne serais jamais aussi belle qu’elle. Et je l’envie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s