Toi, tu es

L’opposition. On peut dire que c’est un art que ma Zouzou manie avec brio depuis… des mois. Et à chaque fois qu’on pensait l’Ours et moi atteindre le paroxysme de la crise du « non »… on se fourrait le doigt dans l’œil jusqu’à l’épaule.
On vivait chaque jour comme des montagnes russes… à une seule colline qui n’en finissait plus de grimper vers le ciel.
Et moi, le nez sur la copie, la fatigue embuant la tête, je ne parvenais juste pas à trouver une solution.
Aussi enfantine qu’elle puisse être.

J’étais une grosse bigleuse qui n’aurait pas vu un éléphant traverser la rue, un arbre dans l’œil, ou que mon cul débordait désespérement de mon jean (remarque, cela reste encore le plus facile à voir).
J’étais perdu comme un navigateur au milieu de l’océan de mes doutes parentaux, égarée tel Ariane sans son fil au milieu du labyrinthe complexe qu’était l’esprit de ma Zouzou.

Jusqu’au jour où.
Au détour d’une discussion de maman avec une amie – oui, on est maso, quand on a 5 minutes pour nous, c’est pour parler des enfants – elle me parle d’une émission géniale des Maternelles sur le « non ». Je lui dis : »Mouais, tu sais, les invités des fois ils sont bidons, les sujets pas très approfondis… ». Bref, que je me méfiais. Elle m’a dit que quand même c’était bien. Et moi de lui répondre, bécasse que j’étais, que je préférais me fier aux livres d’Isabelle Filliozat et d’autres spécialistes dont les propos raisonnaient en moi.
Arrivée chez moi, je cherche l’émission. Et je vous le donne en mille : l’invité n’était autre qu’Isabelle Filliozat !

Le conseil qui m’a le plus impacté – enfin qui a fait réagir les deux petits neurones qui semblent vouloir survivre dans ce terrain hostile qu’est mon cerveau en chantier – c’est dire « tu ».
Ouais, tu te dis que y’a rien de révolutionnaire.
Ben si.
Si si je t’assure.

L’Ours et moi, on avait l’habitude de dire « on » à tout va. Un « on » faussement accompagnant.

J’aurais dû m’en douter, on m’a seriné à l’école que «  »on » est un con ».

Derrière ce « on », ma Zouzou n’existait pas.
Et on utilisait « tu » uniquement pour interdire.
Du coup, ma Zouzou d’affirmer encore plus sa personnalité en disant « non » et en criant.

Elle avait juste besoin qu’on l’individualise, qu’on la fasse exister.

Et depuis qu’on lui dit « tu », les choses se passe à merveille – oui bon elle est toujours en opposition, c’est pas un remède miracle.
Elle prend même des initiatives pour ranger, réparer les petites bêtises.
Elle existe et par là même, j’existe.
Et elle se plaît à dire : » La maison de moi, toi et papa. »
Elle trouve sa place.

Je sais que les mots ont leur importance.
Mais je ne le soupçonnais pas à tel point.
Encore une fois, je me suis fait avoir comme un bleu.
On ne m’y reprendra pas !! Foi de Kiki !

… Enfin, jusqu’à la prochaine fois !

Ma Zouzou d’amour <3

Pour voir l’émission, c’est par !
Pour connaître un peu plus Filliozat, par ici !

Publicités

3 réflexions sur “Toi, tu es

  1. Je confirme !
    J’avais vu cette émission je me rends compte que j’avais voulu t’en parler mais que j’ai zappé.
    J’avais beaucoup aimé tout ce qu’expliquait Fillozat et ça façon de l’expliquer en vrai !
    Et depuis cette émission j’ai mis ce conseil du » tu » pour mon Gremlins en pleine explosion de NON !!!!!!! et c’est pas mal du tout , je lui dis aussi juste un mot genre: » chaussures » et il court les chercher fièrement ! ou alors j’utilise le : « ET SI tu allais …  » et le « ET SI » fonctionne pas mal non plus . :)
    Enfin bref ça va pas résoudre cette charmante période qui dure et qui dure et qui dure chez nos chères têtes blondes mais si ça peux nous aider un peux à avancer sans nous arracher les cheveux alors allons y :)
    Et sinon TU vas bien ! gros bisous Kiki ! :p

    J'aime

  2. J’avais une astuce sympa pour gérer le non, ne plus poser de questions qui appelle un oui ou un non, mais donner un choix.
    Je m’explique au lieu de dire tu vas prendre le bain on dit tu veux du savon à la cerise ou du savon à l’abricot pour le bain, pour sortir du bain on ne dit pas, tu sors du bain mais plutôt tu veux la serviette jaune ou la rouge, pareil pour tout le reste de la journée…
    Sans en avoir l’air on impose rien on laisse un choix et ça ils adorent.
    Et pour dire à quel point ça marche bien, ça marche toujours chez mes ados, même si ils sortent tous seul du bain maintenant!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s