La grossesse du côté obscur de la force

« Hannn c’est bien d’être enceinte ».
Voilà ce que tu ne liras pas dans ce billet.
Si pour ma première grossesse je n’ai pas (trop) souffert et que pour cette deuxième pour le moment tout se déroule sans problème, ce n’est pas pour autant une sinécure (je t’en ai déjà parlé, et ).

Surtout quand t’as déjà un môme plutôt (hyper)actif.
Que ton homme est surchargé de travail.
Et que tu travailles en tant qu’auto-entrepreneur (serviable et corvéable à merci).
Et que le troisième trimestre de grossesse commence.

Bref, tu l’auras compris : aujourd’hui j’ai bouffé un pitbull.
Et les hormones n’aident pas à tempérer mes sautes d’humeur.
Loin de là.

Le dernier trimestre de grossesse me rend féroce.

Et c’est sans compter sur tous ces petits tracas qui te rendent zinzin.
Non parce que si c’est ultrachouette de sentir bébé bouger, ça l’est moins quand (au choix) :
– il te laboure la vessie ;
– il s’amuse avec tes intestins (oh ben au moins, pas de problème de constipation hein) ;
– qu’il essaie sciemment de te défoncer les côtes (punaise ça passe pas ça passe pas, pas la peine d’insister) ;
– qu’il fait la fiesta entre 2h et 5h du matin version karaté kid ;
– il bouge tellement que tu as mal au ventre (ben ouais, la forme normal du ventre c’est pas vraiment le carré tu vois)…

Sinon, c’est sympa hein.

S’il n’y avait que ça. Te déplacer devient comique, pour te retourner dans le lit il faut un treuil (et tu pries fort pour ne pas rouler hors du lit), tu étouffes sous le poids de ton utérus quand t’es sur le dos, donc tu dors sur le côté, enfin le bon hein, parce que des fois, y’a un côté qui te fout la gerbe (spécial dédicace à ma jumelle de grossesse Baby Pop). Mettre des chaussettes devient un véritable sport aussi épuisant qu’être marathonien. Le pire : mettre des bas de contention parce que les hormones ont la bonne idée de dilater vaisseaux et autres veines – oh qu’il est joli ce petit soleil de vaisseaux éclatés sur ma cheville. Vaut mieux prévoir de se lever un quart d’heure plus tôt.
T’habiller de la tête au pied demande un temps considérable. Même ma mamie s’habille plus vite que moi, ma main à couper.

Puis tu peux aussi avoir la chance de te transformer en zèbre, du moins sur des parties très localisées. Les seins (souvent) et le ventre (si t’as pas de chance). Si pour ma première grossesse j’ai pu enfler sans craquer, là, Mère Nature me fait un sale coup. Je craque, enfin mon ventre. Une jolie ceinture de petites zébrures… Et ma grossesse n’est pas finie. Des zébrures bien rouges, qui grattent et qui sont sensibles.

Puis il y a les à-côtés : les cernes de fatigue, les cheveux raplapla, le nez sec, les ronflements nocturnes (qui réveillent l’Ours, si si, et font trembler les murs ; j’en rigole mais j’ai honte). La digestion qui fait n’importe quoi : je ne digère rien, tout et rien me fait envie et dès que je mange plus de deux cuillerées de pâtes j’ai l’impression de m’en être mis derrière le bavoir comme à Noël. Et le pire c’est que deux heures plus tard, je crève la dalle. Même que des fois, la nuit, ça me réveille.

Et le mal de dos : bienvenue dans le corps d’une mamie de 80 ans. Lever la jambe est impensable, courir après ton enfant agité relève de l’exploit (enfin sans tomber dans les pommes), tu te déplaces à la vitesse de la lumière d’un escargot narcoleptique, tu calcules comment te lever du canapé sans rouler par terre. Et en faisant tout ça péniblement, tu ne sens qu’une chose : ton dos. Avec ton ventre qui devient proéminent, tes lombaires crient au secours. Sans compter ce gentil petit pincement qui te donne l’impression d’avoir un sport-élec directement relié au muscle de ton fessier sur puissance maximale.

Mon truc préféré du moment : avoir envie de dormir la journée et faire des insomnies la nuit. On se foutrait pas un peu de ma gueule là ?

Non parce qu’en attendant que tu retrouves ton fonctionnement normal – on me dit dans l’oreillette que ça ne revient pas en fait -, la vie, elle, elle continue. Le boulot, les lessives, les repas, les courses, l’enfant, l’homme.

Bon, je suis pas pressée d’accoucher, mais je crois que la seule solution à tout ça, c’est bien qu’il vienne au monde mon bonhomme. En attendant, patience.
Et puis au pire, tu peux toujours te défouler en insultant les autres : on t’en tiendra pas rigueur, puisque t’es enceinte.

Force3Voilà, suis un peu comme un Dark Vador vénère en ce moment et qui « bude ».

Publicités

14 réflexions sur “La grossesse du côté obscur de la force

  1. Et pourquoi ne pas dormir la journée (tant que ta fille n’est pas là) et bosser la nuit, hein ? Comme ça en plus, t’es au taquet pour gérer d’éventuels réveils nocturnes !!!!
    Non ?
    Bon… on pourra pas dire que j’ai rien proposé hein !
    Bref, je m’en rappelle encore trop bien de tout ça et c’est pour ça que… boudiou !!! j’ai pas hâte de le revivre ! Entre le dos et la symphyse qui m’a fait dégusté sa m*re, je dis, j’étais hyper heureuse que ça se termine !!!
    La sage-femme m’avait proposé Ruta Graveolens en 5Ch pour essayer d’atténuer les douleurs.
    Bon courage ma pauvre !!!!!

    J'aime

    • Ah ouais donc tu admets vraiment l’éventualité d’avoir un troisième… tu es mon héroïne ! Parce que moi, je pense que je vais passer mon tour pour la suite. Je ne pense déjà pas survivre aux premiers mois. Si, on peut survivre ? Merci pour tes conseils d’homéo ;) Je vais voir ça ! Bon courage à toi aussi !! Des bisous !

      J'aime

      • Ouais, c’est fou mais mon rêve de famille « nombreuse », de « joyeuse tribu » reste plus fort que le reste… Bon, cela dit, j’admets que je vais avoir besoin de 2 ou 3 ans de repos pour avoir envie de m’y remettre quand même (et pour l’instant, j’évite d’en parler à Mr Sioux :-/ vu comme il est traumatisé par la qualité du sommeil des 2 premiers !!).

        J'aime

  2. Je découvre, depuis hier, les nausées quand je suis couchée sur le côté gauche. Un petit bonheur! Jusqu’ici il épargne mes côtes mais s’il fait comme sa soeur ça ne va pas durer ;) Et justement c’est vrai que gérer une nouvelle grossesse avec l’aînée à gérer c’est pas évident tous les jours…

    J'aime

  3. écoute, en lisant ton article je me souviens qu’en effet la grossesse c’etait cool mais parfois aussi un peu relou ! en faire à la naissance de mon bébé, j’ai tout oublié ! les nausées, les remontés acides, les toilettes toutes les 5minutes, le crevage de dale, le mal au bide, les 2 jours de contractions et la peridural foirée ! j’ai re ouvert les yeux ça y est lol !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s