Biberon VS nichon

Il y a un test que j’ai fais pour vous un peu malgré moi.
Un test très personnel hein.
Mais un test dont je voulais vous parler :

Nourrir son enfant au sein ou au biberon : le point sur les avantages et les inconvénients

Ben ouais, parce que moi, à l’époque, quand j’étais enceinte de ma Zouzou, j’aurais bien aimé avoir un comparatif entre les deux. Un vrai, un de maman. Pas une liste faite par des vendeurs de biberon hein ou par des groupes de pression de vente de lait artificiel. Lire la véritable expérience, sans angles arrondis ni parti pris. Un truc argumenté et objectif, pas un « les biberons ça n’a jamais tué personne » ou un « les biberonnantes sont des mauvaises mères : vive le nichon ». Non, un truc vrai.
Alors du coup, t’as de la chance, je l’ai fait pour toi.
Me remercie pas. Lis d’abord.

***Le biberon, c’est bien ou c’est caca ?***
Avantages
Papa peut donner à manger et ainsi établir une vraie relation dès la naissance avec l’enfant (euh en même temps il peut aussi donner le bain, jouer avec bébé…).
– Le papa peut se lever la nuit et nourrir bébé pendant que maman se repose : AH AH AH, dites ça à ma copine qui a choisi le biberon pour sa dernière-née… Ces cernes en disent long sur cet argument.
– Le lait artificiel contient toutes les vitamines nécessaires à la bonne croissance du bébé (et le lait maternel hein ?).
– On voit ce que le bébé « prend ». (et en vrai ça sert à quoi ?)
– On peut le laisser à garder plus facilement (on peut aussi tirer son lait).

Inconvénients
– On ne peut pas préparer le biberon à l’avance : une fois mis en œuvre celui-ci se conserve 30 minutes à l’air ambiant. Traduction : tu prépares le bib quand tu sais que ton enfant a faim… Souvent quand il pleure : tu le sens le stress de compter les 46 dosettes de lait avec de pleurs de 120 décibels dans les oreilles ?
– C’est une véritable organisation militaire : rincer, laver, faire sécher, prévoir un biberon de propre en prévision du prochain, s’assurer qu’on a la bonne tétine (ou quand le pédiatre te conseille de passer au lait épaissi que ton enfant hurle de désespoir en tétant comme un forcené sur sa tétine numéro 1 et que rien ne coule…). Et quand t’es fatiguée… comment dire : tu chies souvent dans la colle.
– Tu dois souvent tester X laits pour trouver celui qui va à ton bébé.
– Tu dois parfois faire le tour de la ville pour trouver LA boîte de lait artificiel que ton bébé tolère enfin.
– Tu dois avoir un niveau bac +5 en eau minérale pour choisir la bonne.
– Les cacas de ton bébé puent : quand tu le changes 5 à 6 fois par jour, ça a son importance.
– Il faut prévoir des biberons avant de sortir (balade, amis, resto) : ça paraît un détail mais quand tu parviens enfin à te rendre une apparence humaine et à changer bébé avec seulement 1h15 de retard sur l’heure prévue ça l’est moins.

***L’allaitement c’est juste pour des mères possessives ou c’est tip top moumoute ?***
Avantages
– Ça coûte pas un rond.
– C’est tout prêt.
– Tu l’oublies pas chez toi.
– Ton bébé prend ce dont il a besoin. Quand il a besoin.
– Pas de prise de tête avec « mais il a mangé quand la dernière fois ?? ». Tu t’en fous, s’il pleure, tu proposes ;)
– Cela permet aussi de rassurer bébé.
– Tu construis un lien étroit avec bébé.
– Ton lait change de goût en fonction de ton alimentation.
– C’est tellement simple…
… Liste non exhaustive bien sûr !

Inconvénients
– Oui tu peux connaître des engorgements, des mastites, oui c’est pas funky, mais tout ça ce n’est pas vraiment un inconvénient puisqu’il y a toujours une solution.
Peur de manquer de lait ? C’est un mythe. Si tu allaites à la demande, tu ne manqueras pas de lait. Jamais.
– Peur qu’il soit pas assez « nourrissant » : baliverne ! Le lait s’adapte aux besoins de bébé. Et puis ben s’il a faim, il retète, voilà tout.

Bon, j’arrête là mon char. T’as compris que ce billet n’est pas un véritable test. Pour avoir vécu les deux, le biberon et l’allaitement, je voulais juste informer les futures mamans sur l’allaitement à ma petite échelle pour qu’elles aient vraiment le choix. Pour qu’elles sachent combien c’est naturel d’allaiter (je n’ai pas dit facile, tu noteras), combien cela peut être un bonheur, combien le lien avec ton nourrisson est fort et évident. Combien c’est génial et extraordinaire. Combien un biberon peut être compliqué à côté. Combien on vous ment sur l’allaitement (manque de lait) et comment on dépossède les femmes de ce don si naturel de pouvoir nourrir son enfant.

D’ailleurs je te reparle de cette revanche bientôt sur le blog des Seintes,  (si t’as pas tout suivi clique ici) où tu peux en savoir plus sur l’allaitement vécu par plein de mamans et surtout poser des questions sur leur page Facebook si tu rencontres des difficultés dans ton allaitement.

Si je ne devais donner que trois conseils à celles qui hésitent à essayer ou continuer :
– tente la tétée de bienvenue, cela permet d’avoir un aperçu ;
– essaie l’allaitement jusqu’à la montée de lait minimum ;
– tiens bon les trois premières semaines environ, et après c’est bueno.

Je ne peux dire le bonheur que c’est d’allaiter mon Zébulon. Je voulais juste dire ici que je souhaitais à chaque maman et chaque future maman de vivre cette expérience unique de nourrir son enfant.

20130620-110215.jpg

Encore un grand merci à Marion, qui sait rebooster et qui est pleine de bons conseils et regorge de connaissance sur l’allaitement (entre autres), et à ma Baby Pop chérie d’amour toujours là pour m’écouter.

Publicités

20 réflexions sur “Biberon VS nichon

  1. Aller t’es pas objective mais je rajoute quelques points :

    Pour l’allaitement : s’empiffrer sans trop grossir
    Contre l’allaitement : si bébé s’endort au sein on devient indispensable 24/24 et c’est DUR !

    Pour le biberon : le bébé « tient » plus longtemps entre 2 prises
    Contre le biberon : nettoyage, vaisselle, stérilisation….

    J'aime

    • Ouais le s’empiffrer, ça dépend. Le bébé qui s’endort au sein, ça peut évoluer aussi, et heureusement, entre autres grâce à l’introduction d’un Doudou par exemple.
      Pour le biberon, on « tient » entre 2 prises… ouais pareil ça dépend des bébés, et puis suis pas sûre que ce soit un avantage de fausser la sensation de satiété dès le plus jeune âge, ça laisse quand même des séquelles plus tard… en revanche un RGO sur lait infantile est bien pire qu’un RGO sur lait maternel, par exemple.
      Et pour rajouter la note glauque, en cas d’hospitalisation du bébé, le lait maternel c’est juste de l’or. Sans compter que bien sûr, notamment en cas de mise en collectivité rapide, les bébés allaités font bien moins de gastro, otites et autres bronchiolites (ou moins fortes). Et vraiment, rien que ça c’est énorme.

      J'aime

  2. Je donne le biberon par choix, et ça me va très bien. J’ai testé la tétée de bienvenue: ça m’a rien fait. J’ai préféré opter pour le biberon, et honnêtement, vu l’état dans lequel j’étais après l’accouchement, j’étais bien contente que mon homme puisse s’occuper à 100% de notre fille à la maternité, vu que j’étais même incapable de me lever…
    Après, je reconnais un inconvénient dans ta liste: la galère pour trouver LE lait qui convient à ma fille… Après, on a beau dire, je ne suis pas sûre que mon lait lui aurait été, et qu’elle n’aurait pas eu de reflux avec par exemple…
    Donc en effet, je trouve que ton article n’est qu’une vision très personnelle de la chose :)
    Mais je sais que, quand j’étais enceinte, j’étais à la recherche de ce genre de témoignage ^^ Tout en en cherchant de mamans « biberonantes » pour me faire une idée à moi.

    J'aime

    • Il m’a fallu 2 mois pour véritablement apprécier d’allaiter, la tétée de bienvenue ça ne suffit pas toujours.
      Par contre « je ne suis pas sûre que mon lait lui aurait été » n’est pas un bon argument : ça dépend de votre alimentation et parfois il faut aussi accepter d’en changer. Les reflux, ça peut être dû à quelque chose qu’on a mangé et qui ne convient pas à bébé (souvent les laitages de vache)…

      J'aime

  3. Je crois que les standards auxquels on veut ressembler, les conseils des nutritionnistes, ont un grand rôle dans le mythe du lait pas assez nourrissant : si l’alimentation de la mère est déséquilibrée ou insuffisante parce qu’elle veut rester maigre, son lait va s’en ressentir forcément. Et avec cette allégation de manger 3 laitages par jour, on peut donner à nos bébés des aliments qui ne leur conviennent pas… et croire que c’est notre lait qui n’est pas bon.
    Pas toujours facile non plus de tirer son lait, en particulier au boulot. Il faudrait pouvoir soutenir celles qui passent en mixte à ce moment-là, pour qu’elles puissent y rester et ne pas se retrouver à sevrer leur enfant faute d’avoir maintenu leur lactation, je crois que ce serait déjà un grand pas !

    J'aime

  4. j’aime le test pas du tout pipé ^^
    J’ai allaité mon supabb 6 mois et très souvent aujourd’hui je me dis « ahhhh c’était plus simple avant » quand je dois penser à tout avant de l’amener passer 2 jours chez ses grands-parents -_-
    Bon mon groooos avantage c’est qu’il prend des bibis à températures ambiantes, c’est déjà ça de gagné !
    Et tu as tout à fait raison quand tu dis qu’on ment aux futurs parents, on balance des aberrations sur l’allaitement pour décourager les mères et vendre plus de poudre. Il faut que la vérité soit dite pour que chaque mère décide en étant bien informée ;)

    J'aime

  5. Ce test est subjectif est culpabilisant.
    « Combien on vous ment sur l’allaitement (manque de lait) et comment on dépossède les femmes de ce don si naturel de pouvoir nourrir son enfant. »

    Et combien on ment aux femmes en leur faisant croire que TOUS les bébés tètent parfaitement et que tous les seins permettent de le faire?
    Et comment on fait peser sur les épaules des jeunes mamans déjà débordées une culpabilité énorme, sachant qu’elles n’en manquent déjà pas !?

    La norme aujourd’hui EST d’allaiter. Arrêtez de faire croire le contraire et cessez ce prosélytisme.
    Aider les femmes qui VEULENT allaiter, oui. Essayer de convaincre celles qui ne le veulent pas, c’est honteux.

    J'aime

    • Je ne crois pas qu’on mente aux femmes en leur disant que tous les bébés tètent facilement et que tous les seins permettent de le faire. Je crois juste que les bonnes sources d’informations à ce sujet sont dures à ce sujet : je suis tout à fait d’accord avec vous là-dessus, pour l’avoir vécu pour mon 1er bébé. A la maternité, mon fils avait beaucoup de mal à prendre le sein et j’en ai entendu des bêtises. Une sage-femme m’a dit que c’était normal, mes bouts de sein n’étaient pas assez « sortis » (forcément, personne ne les a encore jamais tétés mais bon, ça n’a pas empêché ma 2e de téter facilement à peine sortie de mon ventre !)… Après être tombée sur une soi-disant consultante en lactation absolument nulle, une sage-femme de nuit m’a proposé des bouts de sein en silicone pour aider mon bébé à démarrer et miracle, ça a marché. Sauf que là, je me prenais la tête parce que dans le livre sur l’allaitement que j’avais lu avant d’accoucher, j’avais lu « attention, les bouts de sein en silicone ne doivent être utilisés que pour de petites périodes, etc etc etc, pour de multiples raisons. Or mon fils ne savait pas téter sans. Bref, ça lui a finalement pris 3 semaines avant d’arriver à s’en passer et notre allaitement a duré 14 mois.
      Tout ça pour dire que SI, c’est possible pour la grande majorité d’entre nous mais l’énoOOrme problème actuel est toujours d’être bien accompagnée – ce qui est indispensable même si l’allaitement est « naturel ».
      Après, si on en a pas envie, bien sûr que ça n’est pas obligatoire. Car c’est effectivement un grand don de soi et une forme de contrainte (mais à chacun sa « contrainte » : je préfère celle-là à celle du matériel à trimballer/laver et du lait à payer) donc il faut que l’envie surpasse les désagréments pour s’accrocher.
      Enfin, je ne crois pas que la norme aujourd’hui soit d’allaiter. On peut épiloguer là dessus car bien sûr, selon son propre choix, on ne voit pas les choses de la même façon. C’est vrai qu’on crie dans tous les sens qu’il FAUT allaiter donc de nombreuses mères essaient à la maternité. Mais je pense qu’à 3 mois de vie par exemple, on a certainement davantage de bébés au biberon qu’au sein donc non, je ne crois pas que l’allaitement soit la « norme ». Et puis quand même, on est tous libres d’être dans ou hors de la norme (même si être en dehors demande plus d’énergie… et je sais de quoi je parle car dès qu’on dépasse 6 mois d’allaitement, on est VRAIMENT hors de la norme, oh la la c’est pas bien mon Dieu, quand lâcherez-vous votre enfant ?!!).
      Cet article n’est pas objectif mais je crois que c’est clairement « avoué » ;-)

      J'aime

  6. Moi je ne peux pas faire le comparatif, par contre je vois un inconvénient à l’allaitement, mais il est temporaire, c’est que tu ne peux pas te séparer vraiment de ton bébé, le premier mois voir un peu plus.
    Après je dis ça mais dès que je m’en éloigne j’ai les tripes qui se retournent et pourtant j’ai envie de m’aerer.

    J'aime

    • Voilà plus qu’un inconvénient de l’allaitement… Je dirais que c’est un inconvénient de la maternité ^^ (moi aussi ça me tord les tripes de laisser mon petit bout… Donc je le laisse pas ;))

      J'aime

  7. ooh que ça me parle ce billet-là! trois enfants, un biberonné (préma sans réflexe de succion j’étais trop jeune pour tenter le tire-lait et tout l’attirail et les médecins me l’ont même déconseillé) puis deux allaitées……quel rêve (bon j’ai eu de la chance, pas de crevasse ni rien) mais quel rêve! et, en ce qui me concerne, elles ont fait leurs nuits tout de suite alors que leur frère biberonné pas du tout…mais c’est peut-être un hasard ça ;)

    J'aime

  8. Pas mal comme test ! Pour ma part, j’ai allaité ma fille 2 mois et je lui donne le biberon maintenant. Je préfère largement le biberon.
    Je l’adore et je la mangerai toute crue si c’était possible, mais le fait d’être si étroitement liée à elle m’a pesé. J’aime pouvoir prendre une douche tranquille, manger tranquille… C’était une championne de la tétée et une gourmande, donc pas de soucis de ce côté là. C’est vraiment que j’ai besoin d’un peu d’espace de temps en temps.
    Et l’argument de l’allaitement c’est pas cher… Il ne prend pas en compte les soutiens-gorges que l’on doit acheté et les quelques tops qui vont avec. Et au niveau des soutien-gorges, les prix peuvent vite monter ! Je ne pouvais pas faire l’impasse d’un bon maintien (poitrine généreuse qui est devenu très très généreuse avec l’allaitement).

    Pour le biberon : Plus de temps pour soi et la possibilité de partager un peu plus facilement les biberons (le papa, les grand-parents, les tatas…)
    Contre les biberons : Le prix du lait, des biberons, des tétines qui vont avec les biberons…

    J'aime

  9. L’allaitement est tellement plus simple au niveau organisation car il y a déjà assez de choses à faire et à penser donc ça enlève un poids. Après c’est pas toujours facile… J’ai eu des problèmes aux tétons qui ont rendu mon allaitement assez douloureux, mais j’ai tenu le coup. Je le referais si c’était à refaire (qui sait peut être un 2eme!).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s