Essuyer ses larmes

Mercredi, le chien de l’oncle de mes enfants est mort.
Il était gravement malade.
Ma Zouzou l’adorait. Un bouvier bernois gentil comme tout. Une énorme peluche qui lui léchait la joue à chaque fois qu’elle allait au travail avec l’Ours. Même qu’il lui obéissait au doigt et à l’œil.

On a dû lui apprendre la triste nouvelle. Comment expliquer à sa douce petite fille de même pas 6 ans que le chien qu’elle adorait n’était plus, tout en sachant qu’elle allait être anéantie ? Je sais à quel point cela peut être difficile d’apprendre une telle nouvelle quand on est enfant. Je sais aussi à quel point il est important de ne pas mentir en tant que parent. Attendre pour lui dire n’aurait servi à rien.

Alors je lui ai dit, quand on l’a appris, que le chien de tonton était malade, qu’il s’est fait très mal, qu’il souffrait beaucoup. Pour qu’il ne souffre plus, le vétérinaire lui a fait une piqûre, pour qu’il dorme et ne se réveille plus. Qu’on ne pouvait pas soigner sa patte cassée car il était atteint d’un cancer qui touche les os. Que pour un chien, il était très vieux… Que tonton s’en était bien occupé, qu’il avait eu une belle vie et qu’il valait mieux qu’il parte. Nous étions au milieu du repas, mais nous étions si triste qu’elle a bien vu qu’il se passait quelque chose…

Bien sûr elle a éclaté en sanglots et n’a presque rien mangé. Quelle tristesse ! Que de larmes inconsolables ! Que d’impuissance en tant que parent face à son enfant si triste… Que faire ?? Comment désamorcer cette bombe dans tout son corps.

Je lui ai dit : « Allez, viens, viens faire un câlin, je vais chercher doudou, je sais que tu es triste, nous aussi on l’est et c’est normal. » Et elle s’est blottie contre moi, pour pleurer.

Elle nous a posé plein de questions : « Il avait quel âge ? Et pourquoi les chiens ils vivent pas plus longtemps ? Pourquoi on l’a pas soigné ? » Un tourbillon d’émotion qui envahit sa tête… Un rouleau compresseur pour son petit cœur.

Je lui ai promis que le chagrin passerait, et qu’un jour elle repenserait à lui avec le sourire mais que pour cela il fallait laisser passer le temps.
J’ai alors pensé à tous les malheurs qu’il lui arrivera dans la vie. Que ce premier gros chagrin n’était qu’une répétition. Qu’un jour elle perdra ses papys et mamies. Qu’elle aura des peines de cœur… Qu’un jour, ce sera nous, ses parents, qui partirons…
Puis j’ai posé ma bouche sur ses cheveux dorés à l’odeur de poupée pour lui faire un baiser, et je l’ai serrée fort en oubliant tout ça.

Ce jour-là, je crois que ma Zouzou a grandi. Et moi aussi…

Publicités

4 réflexions sur “Essuyer ses larmes

  1. Je trouve ton article très touchant. Tout comme ta fille la mienne a perdu son lapin et je pense que dans ces moments là qu’il faut dire la vérité, alors oui ça fait mal au cœur mais elles comprendront plus tard. Pauvre petite…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s