Des jours et des nuits

Sans titre
Cela pourrait être le nom d’une série à l’eau de rose. Mais c’est juste ma vie.
Je ne sais pas comment me sortir de cette situation. ON ne sait pas comment se sortir de cette situation.

Voilà 3 ans bientôt que les nuits sont chamboulées.
Pas toutes non.
En 1 mois et demi nous avons quand même eu 4 nuits de 6 heures d’affilées.
Durant lesquelles on s’est réveillé quand même, comme ça, par habitude qu’elles soient hachées.
Les nuits à 5 ou 6 réveils sont loin.
Celles à 3 plus rares.
Celles à un ou 2 réveils sont légion.

Notre Presque-Troizans est notre terreur nocturne.
On pratique le cododo de force et contre notre plein gré.
Avec un enfant agité, qui râle parce qu’il n’a pas assez de couverture ou parce qu’il a décidé qu’il ne voulait pas maman/papa à côté de lui. Et quelques coups de pieds dans les cotes ou à côté.
Heureusement qu’en semaine, il est gardé.
Non pas pour me reposer, juste pour bosser. Du moins essayer, du mieux que je peux, dans les conditions de fatigue quotidienne.
Je suis soulagée de me dire qu’il dort chez sa nounou, il rattrape les nuits pourries.
Parce que lui aussi ça le fatigue : il est grognon, nous colle, n’écoute pas, crise…

Et encore, si le portage marchait, je me dévouerai.
Même pas.
Il est loin le temps où il s’endormait dans mes bras.
Et les seules fois où il s’endort tôt, vers 21h30, c’est parce qu’on s’est énervé, de guerre las ou parce que ce soir-là on a espéré, harassés, se lover en amoureux dans le canapé, et que pour s’excuser et le consoler, je le prends dans les bras pour l’apaiser.
Il s’endort là, contre moi.

On a tout essayé.
La musique relaxante.
Celle classique.
De le laisser vaquer à des occupations.
De le laisser lire tout son soul.
De l’ignorer.
De le mettre sur la marche pour le calmer.
De rester avec lui pour qu’il s’endorme.
De lui chanter des chansons.
On a essayé le sirop Quiétude.
Les Fleurs de Bach.
Il nous reste l’ostéopathie, qui n’a jamais trop marché sur lui.
Et l’homéopathie.

Alors on pourrait lâcher-prise et se dire qu’un jour, on dormira.
On pourrait se dire qu’il y a plus grave dans la vie.
Et c’est vrai.

Mais quand on ne dort pas depuis plus de 3 ans.
Quand les soirées de repos commencent en moyenne entre 22 et 23h.
Quand on a des semaines bien chargées.
Qu’on a aussi un grand enfant à s’occuper.
Quand on n’a pas de grands-parents soutenant ou présent pour  nous soulager ou nous rassurer.
Cela fait un tout petit peu trop.
Trop court.
Trop tout le temps.
Trop nuit et jour.

Et on écume les solutions.
Les gri-gris.
Les rituels.
Rien ne marche.
Rien.

Bien sûr un jour il dormira.
Mais quand on est fatigué, on a l’impression que le présent dure tout le temps…
Bref, une vraie histoire à dormir debout que cet enfant.

Publicités

23 réflexions sur “Des jours et des nuits

  1. Votre témoignage est vraiment très touchant … Je ne sais que répondre à votre problématique… Juste vous dire que j’espère sincèrement que vous allez trouver une solution : avez-vous essayé de voir un pédopsychiatre ou une psychologue? De tout <3 avec vous…

    J'aime

  2. Je suis solidaire, ici j’ai à mon compteur 24 mois de nuits hachées toujours en cours malheureusement … Il y a des améliorations mais c’est toujours dur ! Courage, un jour on dormira mieux !

    J'aime

  3. Bonjour,

    Depuis que je vous lis, je vis en parallèle les mêmes « soucis » et grandes joies avec ma fille et mon petit du même âge que les vôtres.
    Cela ne me regarde pas c est certain, je me trompe aussi peut être mais avez-vous explorer la piste de la précocité (ou HP ou surdoué, tout ca c est pour parler de la même chose c est à dire des enfants avec une sensibilité et une personnalité différentes des autres enfants).
    Je suis « confrontée » à cela pour ma fille (mon fils trop jeune encore mais tellement identique) et c’est une richesse mais il faut une grande énergie.

    Voilà, je me mêle de ce qui ne me regarde pas, je ne suis pas psy mais c est un ressenti.

    Dans tous les cas, merci pour vos articles!

    Isabelle

    J'aime

      • Si toutefois tu cherches des réponses à ce sujet, je ne peux que te conseiller de lire « L enfant surdoué » de Jeanne-Siaud Facchin ainsi que « Trop intelligent pour être heureux » de la même auteure (pour la version adulte parce que parfois….on se découvre tardivement grâce à nos enfants et on lève le voile sur plein de problèmes et on finit par se comprendre soit même et se pardonner un tas de trucs. 😉)
        Bouquins pleins de bienveillance et tellement bien écrit.

        Bon courage

        J'aime

  4. Pas mieux ici : ma 4 ans se réveille encore 2 fois la nuit et mon 14 mois c’est 2 à 3 fois.
    Ils ne se réveillent jamais en même temps, non ça serait trop facile. Toujours en décalé.
    Et assurer ma semaine de 39 h, boulot cérébral qui demande beaucoup de concentration, ça devient très dur.

    Par contre, aucun problème au coucher, c’est toujours ça.

    Bon courage.

    J'aime

  5. « Mon enfant dort mal »à lire… Et puis demander de l’aide car si c est grave de ne pas dormir autant pour lui que pour vous. Dormir et se reposer fait parti des 14 besoins fondamentaux ….
    Je pense à vous.

    J'aime

  6. Ma pauvre… Notre 2e ne fait ses nuit que depuis ses 4 ans (c’est à dire depuis presque 2 mois !) Il nous réveille encore parfois pour faire pipi et s’endort souvent près de nous mais enfin, on peut dormir… Seulement maintenant, il y a le petit 3e….. qui hurle dès qu’on le met dans son lit… Il n’a que 10 mois… donc s’il fait comme son frère… on est mal ! lol ! Et pareil, on a tout essayé, en fonction de son age parce que le coin, ça le fait pas lol ! Et même au point de mettre des casques anti-bruit (c’est atroce, ça serre la tête et on peut pas se tourner ni dormir sur le ventre !!!) pour le laisser brailler ! Je sais pas comment je suis encore debout ! Alors voilà, ça ne t’aidera pas… mais au moins, tu sauras que tu n’es pas seule… Courage !

    J'aime

    • Merci pour ton témoignage précieux Gwen. Si on parle de la fatigue que le nouveau-né apporte, on oublie souvent que le sommeil n’est pas toujours une évidence par la suite. Quel soutien trouver ? Comment tenir la journée quand il faut travailler ? Mystère… En tout cas, courage à toi <3

      J'aime

  7. bonsoir, j’ai 4 enfants, Léo 18 ans, Léanne 11 ans , Violette 7 ans et les derniere, la terreur de mes nuits : Laurette 2 ans et depuis 2 ans je n’ai pas dormi plus de 4 heures d’affilées !
    Mes semaines sont super chargées, sans compter que ma 7 ans est multi DYS , tout les jours je l’emmene en rdv ( orthophoniste, orthoptiste, ergothérapeute, psychomotricienne )et la seule explication que j’ai aux soucis de sommeil de Laurette c’est quelle asse tout son temps avec moi et pas mal de temps en siege auto, car j ‘ai oublie de dire : la miss ne fait ses siestes que dans la chaise haute, dans la chambre de la grande !!Ce qui n’arrange rien au probleme sommeil, notre puce est allergique aux proteines de lait de vache soja, chevre donc je l’allaite encore tout en me pliant au regime sans proteines , nous sommes donc vraiment tres tres proche, a un point ou qq fois je ne la supporte plus !! et je rattrape vite mes pensées en me disant qu’un jour elle dormira comme ses freres et soeurs dans sa chambre, dans son lit avec un autre doudou que moi !!
    je vous souhaite d’avoir encore un peu de courage pour continuer;;;

    J'aime

  8. Je ne peux que te comprendre Chrystelle. Ici ça ressemble à ça aussi… en moins intense que toi je pense mais c’est vraiment merdique. Et on se sent tellement démunies, et épuisées qu’on a l’impression que ça durera pour toujours. Envie de faire ses valises parfois…

    J'aime

    • Et prendre un billet aller sans retour ? Oh oui, je connais ça. Mais au bout de 3 ans, je me suis résignée à accepter la situation… La privation de sommeil rend fou. Je pense qu’il faut pas hésiter à se faire arrêter pour éviter de griller complètement. nous les mamans on tire souvent la corde jusqu’à ce qu’elle cède… Plein de bisous de soutien <3 N'hésite pas à te plaindre ici ou sur Fb ou en MP. On manque parfois de soutien quand on vit cela. <3

      Aimé par 1 personne

        • Je ne ressens même plus de la colère tellement j’ai fait mon deuil d’un sommeil sans hachures. Mais oui, j’ai eu un grand sentiment de colère les deux premières années on va dire, parce que le papa n’était pas présent les nuits, ce qui a changé et m’a beaucoup soulagée psychologiquement. Mais oui, une fureur pour cet enfant qui ne dort pas, et beaucoup d’amour car il n’y ait pour rien dans tout cela… Accepter, lâcher-prise m’a beaucoup aidé. Relativiser. Pas simple…

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s