Cuisine : idées pour réinterpréter les restes (et gagner du temps !)

Faire la cuisine, j’adore. J’ai découvert cette passion sur le tard. Me mettre au sport m’a donné envie de changer de mode d’alimentation : plus de fruits et plus de légumes. Moins de fromage et de sucre mais ça, ça dépend des jours.

J’en fais en quantité pour les repas de mon Troizans chez sa nounou mais aussi pour avoir des restes que je congèle parfois aussi. Cuisiner les restes, ça permet de ne pas faire trop de cuisine et de manger quelque chose de différent que la veille. (J’ai dû être traumatisée par ma mère qui avait vraisemblablement le même problème de quantité que moi et qui nous mettait à table les mêmes restes trois jours à la suite…) Et cela dépanne quand on a zéro idée, ce qui arrive très souvent. Surtout : cela évite de jeter. Je ne conçois pas de jeter du manger.

– Les lentilles 
Les lentilles, c’est un super apport en protéine. Quand je cuisine des lentilles – avec des carottes, du concentré de tomate, de l’oignon, du thym et du laurier – j’utilise les restes pour faire un parmentier de lentilles le lendemain (ou plus tard, cela se surgèle très bien). Je me suis largement  inspirée de la recette de chez Vegebon. Le principe : je fais juste une purée normale avec du lait végétal si on veut, salée, poivrée et ailée pour ceux qui aiment, et après je dépose les lentilles que je recoure de purée. Pour la fin, je fais pareil : je raye avec une fourchette après avoir mis de l’huile. Et c’est un régal. Les enfants se jettent dessus.

parmentier lentilles

– La ratatouille
L’été, je fais une quantité astronomique de ratatouille quand j’en prépare.
–> Je la réutilise en quiche, avec un appareil avec 3 œufs et une briquette de soja ou de riz cuisine – et de la bûche de chèvre.
–> Ou alors je la mets dans mon appareil à cake salé : 3 oeufs, 150 g de farine, 40 ml d’huile d’olive, 185 ml de lait végétal, 1 sachet de levure, auquel j’ajoute donc ma ratatouille bien égouttée… Et là encore, je mets du chèvre frais ou en buche, mais avec 50 g de comté râpé, c’est bon aussi. On peut ajouter des pignons sur le dessus. Miam.

– La purée de carotte
Je voue un culte pour la purée de carotte. Vraiment. Allez savoir pourquoi. Cela m’est sans doute restée de la grossesse de ma Sizans, où, au 1er trimestre, je ne m’alimentais uniquement de pomme noisette et de purée de carotte. Avant je l’achetais surgelée. Mais maintenant que j’ai trouvais ma fournisseuse officielle de délicieuse carotte bien sucrées au marché de ma ville, je la fais moi-même. Et comme je n’ai jamais le compas dans l’oeil, il m’en reste toujours une certaine quantité. Je la réutilise pour fabriquer des galettes, d’après la recette de blinis à la purée de légume de Cléa Cuisine. Mais comme je suis une fan d’épices, je rajoute une pointe de cumin et de curry pour donner une touche d’exotisme et je sers mes galettes avec un yaourt de chèvre fouetté avec du persil, de l’ail et de l’huile d’olive. Une tuerie. galette purée de carotte

– La soupe 
Comme je suis Madame Je-n’ai-pas-le-compas-dans-l’oeil, j’ai tendance à faire de la soupe pour 8 personnes. Donc il en reste.
J’ai trouvé des astuces pour ne pas avoir la soupe à la grimace à la maison (oh ça va elle était facile la vanne).
–> Je mixe ma soupe et je la rallonge avec de la crème de soja, je rajoute du cumin et des noix de cajou dessus (exquis avec une soupe de butternut)
soupe butternut cumin crème soja noix de cajou
–> je mixe ma soupe de butternut (j’en suis fan, ça se voit non ?) et je rajoute un assortiment de 3 quinoas. Un délice !

soupe butternut 3 quinoa

– Le poulet rôti
Comme on n’est pas des gros mangeurs de viande, un poulet nous fait deux voir trois repas. Mangé froid, avec de la salade, je réutilise les blancs restant soit dans un cake, associé à des petits poids et du parmesan par exemple, soit en quiche, avec de la fêta.

Enfin, je n’hésite pas à faire assez de pâte brisée pour mes quiches, qu’elle soit au blé ou au sarrasin, pour pouvoir en congeler la moitié. C’est meilleur qu’une pâte préparée et ça se décongèle doucement au frigo toute la journée pour être utilisée le soir. (Comme je suis nullissime au micro-onde, j’évite de la décongler dedans.)

Trop de riz ? Je l’insère dans un gratin.
Trop de blé ? J’en fais une salade avec de la mâche par exemple.
Trop de pâte ? Non, il y a jamais trop de pâtes :P
Trop de pomme de terre à la vapeur : hop, on fait une tortilla.
Les possibilités sont infinies !

Dernière astuce, assez répandue chez les mamans : faire les repas de la semaine. Je sais qu’il y a des blogueuses qui les publient, il y a aussi sur le site mangerbouger.fr (merci Claire pour l’astuce). Faire les repas, ça permet de mieux consommer aussi : on achète que ce qu’il faut !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s