L’été en pente raide

6tag_090816-150523

Mon dernier article date du 6 juillet.
Où est passé l’été ?
Presque deux mois que je n’ai rien écrit, malgré mais 272 idées de billets bien au chaud dans ma tête.
Deux longs mois.

Alors que j’essayais d’aborder la fin de l’année sereinement, l’été avait mal commencé.
Je ne me reconnais plus.
Je n’ai à peu près aucune patience.
Je crie trop.
J’ai du mal à me concentrer.

8 jours, de vacances.
Soit 192 heures pour me reposer.
Déconnecter.

J’ai bossé comme une folle pour réussir à m’absenter 8 petits jours et que mes clients aient ce qu’il faut en mon absence.
Parce que quand t’es indé, si tu bosses pas, eh bien tu n’es pas payée.

Et après avoir traversé de dures périodes à chercher du boulot, maintenant j’en ai.
Plein.
Presque trop pour ma fatigue.
Presque trop pour mes journées de seulement 24h.
Mais il faut bien travailler pour les périodes qui seront plus creuses.

Oui je me plains.
Et j’en ai marre de me plaindre.
Il n’y a que de la fatigue qui sort de ma bouche.
Parce que je suis à bout.
Et la rentrée qui arrive, j’ai peur qu’elle finisse par m’écraser.
Voilà nous sommes le 25 août et l’été touche presque à sa fin.

Je ne veux plus jamais passer un été pareil. A bosser journée, soir et week-end.
A essayer de profiter des enfants. Tant bien que mal, plus mal que bien.
J’ai eu la chance de voir une amie, ma Baby Chérie, mais j’étais bien à côté de la plaque et pas assez dispo à mon goût.

Jusqu’à mes vacances, j’ai à peu près géré.
Mais grâce aux super nuits du Troizans, la fatigue s’est abattue sur moi. Sur la fatigue déjà présente, style double cheese.

Voilà pêle-même les raisons de mon absence, bien malgré moi…

Heureusement, les enfants ont passé de bonnes vacances eux : de la piscine, des jeux, des découvertes, trois journées avec papi, un peu avec tatie.
Ils ont l’air heureux et ont bien grandi.

Comment en suis-je arrivée là ? A faire passer le boulot avant tout ? Ai-je vraiment le choix : pas vraiment.
Je dois assumer et veiller à me reposer.

Nous sommes le 25 août, il est 23h04, et je vais aller prendre mon moment à moi de la journée : celui où je me couche pour lire quelques pages d’un livre au travers duquel j’arrive à m’évader.


Publicités

3 réflexions sur “L’été en pente raide

  1. Je me reconnais tellement dans ce que tu décris !
    Cet été par chance on a organisé les vacances pour caser mon 4 ans et ma 2 ans le plus possible ailleurs. Chez les grands parents surtout (merci à eux!!). Je ne suis pas indépendante donc pas cette surcharge de travail mais quand même, un travail que j’adore et pour lequel j’ai pu me consacrer presque 18h sur 24 pendant 15 jours. Ce qui libère l’esprit c’est de ne pas être écartelée par la culpabilité. Difficile de tout gerer de front.
    L’été se termine par 2 semaines lù je garde les enfants. Pour la 1ère fois depuis 4 ans j’arrive à en profiter. Bon courage

    J'aime

  2. Chaudoudoux <3
    J'ai presque honte parce que je n'ai rien fait cet été … niveau boulot je veux dire parce que à côté de ça, j'ai passé 4 semaines loin de ma maison, 4 semaines où les enfants étaient plus cool et durant lesquels je n'ai pas eu de migraine ni été fatiguée …

    J'aime

    • Oh là mais tu n’as pas avoir honte ! Si j’avais le choix, je t’assure que j’aurais fait autrement. Tu as de la chance d’avoir pu profiter. Mais j’ai envie de dire : tu l’as pas volé non ? Après cette année mouvementée ? ;) Des énormes bisous <3

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s