Lettre à l’enfant que j’étais

Chère petite Chrystelle,

Que te dire sur la vie sans éteindre ton sourire. Ta joie de vivre, ta force, est un bien précieux.

J’aimerais te dire que tu vas grandir dans une famille heureuse, choyée par tes parents, et gâtée par tout l’amour que tu mérites.

Mais tu sais, les adultes font ce qu’ils peuvent et composent avec leurs propres démons planqués dans les placards et les tiroirs de leur mémoire.
Mais tu sais, tu vas très vite le comprendre.

Surtout, garde la foi. En toi, pas en Dieu.
Lui, c’est un baltringue : Il laisse mourir les innocents
Et fait vivre jusqu’à 100 ans les méchants.

J’aimerais te dire que tu vas rencontrer le prince charmant et qu’il t’enlèvera pour une vie de château sur son cheval blanc.
Mais ce serait te mentir.
Tu seras plutôt un chevalier sur un fou destrier
Une amazone qui devra lutter.

L’amour, tu respires l’amour, tu lui cours après.
Celui de tes parents.
Des amies.
Et des garçons.
Ne t’oublie pas, s’il te plaît, ne te noie pas dans les mirages de ces sentiments.
Ne t’oublie pas toi, de t’aimer avant d’aimer.
On n’est jamais mieux servi que par soi-même dans la vie, crois-moi.

Surtout, garde de l’amour, suffisamment pour toi.
Ne le distribue pas à tout va uniquement pour ne pas être esseulée.
La première personne que tu dois respecter, c’est toi, et toi seule.
Les liens de sang et les belles valeurs galvaudées ne doivent pas avoir raison de ta petite voix intérieure.
Celle-là, il faut toujours l’écouter.

J’aimerais te dire que la vie sera belle et facile.
Même si tu traverseras des tempêtes et des envies d’en finir.
Promis, le beau temps chassera toujours les nuages.
Jusqu’à la prochaine mousson.

Peut-être il faut en passer par là pour vibrer, se sentir exister ?
La grande de 37 ans que tu es aujourd’hui se pose toujours la question
De savoir si le bonheur se mérite, se crée ou te tombera dessus comme une pluie d’été en plein mois d’août.

Tu vas en vivre des choses, ton cœur va battre comme jamais et parfois te faire croire qu’il est brisé.
Fais-lui confiance, plutôt qu’à cet homme ou à cet autre, écoute ton cœur, ce sera le meilleur conseiller dans ta vie.
Parce qu’il sait ce qui te rend heureuse, entends son battement et ses vacillements.Tu te perdras dans ce que tu crois être de l’amour
Et ce ne sera sans doute seulement de la possession
Tu te laisseras enivrer par les mots et par les promesses sans lendemain.
N’ai pas trop confiance.
N’ai pas trop peur non plus.

Ne doute jamais des trésors que tu as au fond de toi et au bout des doigts.
Poursuis tes rêves et non les chimères de l’amour.
Le seul amour qu’il te faudra poursuivre dans une course effrénée c’est celui envers toi-même.
Trop ronde, trop grande, un trop grand nez, de trop grands sentiments, de trop grands rêves, de trop grandes jambes, ou trop intense.
Envoie-les sur les ronces ceux et celles qui te trouvent imparfaite, tu es parfaitement parfaite : tu es unique.
Tu as le droit de t’exprimer, d’être triste, de vouloir le meilleur et de rêver en grand.
De rêver d’amour inconditionnel.
De vouloir te sentir aussi forte qu’un homme et aussi choyée qu’une princesse.

L’amour, le vrai, tu le connaîtras promis, juré, craché.
Dans les yeux de tes enfants, dans leurs gestes, dans leurs « je t’aime maman ».
Et ça, ça vaut bien toutes les tristesses, toutes les épreuves, toutes les chutes desquelles tu te relèveras sans peine, sans doute avec quelques larmes et des bouts de cœur éraflés.

Mais tu sais, la vie, c’est ça.
Ce n’est pas comme dans les romans où tout est bien qui finit bien.
Il faut lire une page sur deux ou trois pour extraire les bons moments.Et tu sais quoi ?
Cela vaut tellement le coup.

Et puis je voulais te dire une dernière chose.
Arrête de te battre, tout le temps, pour exister.
Ta place, tu la trouveras. À 20 ans ou à 50 ans. Mais t’y arriveras.Prends soin de toi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s