Survivre aux vacances scolaires : ma to do liste qui va vous sauver

Les vacances, c’est super chouette.
Rectification : quand tu as un jardin, des amis chez qui passer tes après-midis, quand tu as le courage d’aller à la plage et de monter puis descendre la dune chargée comme un mulet avec tes deux enfants, quand tu as des grands-parents qui prennent le relais, quand tu pars en vacances, quand tu pars au club Med avec service garderie compris… Bref, que t’as du temps pour souffler. Lire la suite

Publicités

J’ai peur des vacances

Dans quelques jours, ce sont les grandes vacances. Enfin !! Enfin ma Zouzou va pouvoir se reposer. Enfin je vais arrêter de trimballer mon Zebulon. Enfin je vais arrêter de courir (un peu).

Dans l’idée, il me tarde de profiter de ma Zouzou, de me reconnecter avec elle. Qu’on soit à nouveau complice sans le stress des horaires. Qu’on prenne le temps de prendre le temps. Qu’on fasse des choses ensemble. Qu’elle me raconte ses rêves. Qu’on rigole, qu’elle me fasse des blagues, qu’on aille au marché le lundi, lui faire goûter de bons fruits, faire de la pâte à sel, des gâteaux… J’ai envie de faire mille choses avec elle.

Seulement en pratique, j’ai bien peur que ça soit vraiment différent. Avec Zebulon qui se réveille 2-3 fois la nuit (et plus si affinités), nuit qu’il considère généralement finie vers 5h30-6h du matin ou qu’il hache menu en restant réveillé une à deux heures durant – sans pleurer et avec le sourire s’il vous plaît -, qui ne fait plus ses siestes dans son lit (ça a duré 4 jours je crois), je vais faire comment, moi pour pas mourir de fatigue, pour rester cool, pour pas m’énerver des X crises version je-me-transforme-en-Hulk de ma Zouzou ? Hein ? Je fais COMMENT ? Je le sais que ce ne sont pas de vraies bêtises mais des signes pour attirer mon attention, pour me dire qu’elle a besoin de moi, qu’elle existe. Ben oui parce que le petit frère il est bien gentil mais ça serait sympa qu’il se déscotche de maman et que je puisse jouer avec elle. Puis tiens, s’il arrêtait de pleurer aussi ça serait bien… Même qu’ils peuvent le reprendre à la maternité. Bon j’exagère sûrement. Ma Zouzou adore son frère, elle le câline, le bisouille, lui dit qu’elle l’aime…En attendant, j’ai beau le savoir qu’elle l’aime et qu’elle attire l’attention inconsciemment en faisant des bêtises, quand elle s’est mis une fleur de Playmobil dans le nez ce week-end ou qu’elle a quasi mis le feu au grille-pain en l’enclenchant alors qu’on avait tourné le dos un centième de millième de seconde – oui c’est très court, je te l’accorde – ben on a un peu flippé notre race avec l’Ours… Et comme notre Zouzou est super créative, on sait que ce n’est là qu’un infime extrait de ce qu’elle est capable d’inventer pour ne pas qu’on l’oublie…

Mais quand même, c’est dur pour elle. Le plus dur : que je n’ai pas ou peu de temps en tête à tête avec elle… Quand elle dessine la famille, elle dessine même Zebulon greffé à moi tel une moule accroché à son rocher. Et je crois qu’elle sature du « maman est fatiguée ». Vraiment… Et puis ma Zouzou, cela a toujours été une petite fille qui avait de grands besoins d’attention. Elle a besoin qu’on passe beaucoup de temps avec elle. Et surtout qu’on joue à plein de choses. Alors elle va jouer à quoi à part le square (qu’on fait déjà), la pâte à modeler (qu’on en fait tellement que mon tapis crie à l’aide), le dessin et le coloriage (on en est au 22e cahier de coloriage de l’année), les cahiers d’activité (le très gros cahiers d’activité de Balthazar est pratiquement plié…), la pétanque, les puzzles (qu’elle fait en deux minutes et qu’elle connaît par cœur) hein ? Ah oui les Duplo aussi, le vélo… Le collage. La peinture…

Alors j’ai peur, que les vacances, finissant de m’achever, deviennent qu’une succession de crises, de pleurs et de prises de tête…je grelotte tant j’ai des sueurs froides. Je flippe ma race. J’ai les fesses qui font bravo.

Mais pour ne pas qu’elle s’ennuie, je l’ai inscrite deux fois par semaine au centre de loisirs. (Je vais d’ailleurs devoir vendre un rein pour payer la facture.) Elle va y retrouver des copains d’école et y faire des chouettes trucs. Piscine, acrobranche, plage, un chouette programme !

Bon ce n’est pas l’unique raison : c’est aussi pour que je ne finisse pas les vacances à l’asile psychiatrique…

Et toi ? Qu’est-ce que tu fais pour (pas mourir pendant) les vacances ?

picgifs-saw-10121(1)Quand je pense aux vacances scolaires qui arrivent