Et je devins Shiva grâce à l’écharpe de portage Pinja’Pocket de Pinjarra

L’une de mes envies depuis que j’ai créé ce blog : te parler des trucs que j’achète pour ma Zouzou et que j’adore (ou pas d’ailleurs). En fait, c’est aussi pour ça que j’ai créé ce blog, pour te faire partager mon expérience de maman face à un marché de la puériculture sans fond (au propre comme au figuré).

Tu dois être étonnée, car jamais ô grand jamais tu n’as vu de billet de test publié ici. Et pour cause : on dirait que j’ai un tantinet du mal à tenir ma ligne éditoriale.
En même temps, fais qu’est-ce que je veux.

Saches, toi, là, lectrice au grand jour ou de l’ombre, que ça va changer.
Parce que des trucs pour bébé, bien ou pourris, je peux te dire qu’en 25 mois de parentalité, j’en ai vu passer !

Aujourd’hui, je voulais parler portage : tu sais, cette solution pour garder son enfant près de soi en ayant les mains libres. Parce que voilà, quand on est maman, on rêve parfois d’avoir quatre bras, comme Shiva. Deux qui tiennent bébé et deux autres qui font le reste (à manger/le ménage/la lessive/le repassage… ad libitum). Sauf que c’est pas bien possible ma bonn’ dame.

Enfin si.
Quand ils sont tout petit, ça va, on peut gérer : pendant qu’ils dorment, on peut s’occuper des choses de la maison qui requièrent deux bras. Quoique…
Je me souviens très bien de matinées bien difficiles – voire de journée, soyons honnête – où je n’arrivais à rien faire. Me doucher, euh, j’y avais renoncé. Se faire à manger relevait de l’exploit. Puis, une écharpe de portage m’a sauvé la vie : ma Zouzou s’endormait à coup sûr ou presque dans l’écharpe, bien calée, et moi je pouvais me faire à manger.

Puis ils grandissent. Et marchent. Et l’écharpe de portage, ça devient moins sympa (pour notre dos comme pour notre petit bien remuant).
A 18 mois ma Zouzou a eu une phase « dans les bras tout le temps », sûrement suite au déménagement. Elle ne me laissait pas faire à manger. J’avais beau lui expliquer, rien n’y faisait. Je crois aussi que curieuse comme elle est, elle voulait voir ce qui se tramait. Je me suis donc mise à la recherche d’une solution de portage. Un moyen de l’avoir dans les bras en ayant les mains libres avec un système qui ne nécessite pas des noeuds ou des réglages : oui, tu peux le dire, je croyais au Père Noël.

Et bien j’ai bien fait d’y croire : j’ai trouvé le Pinja’pocket de chez Pinjarra (avec mon Ours, on l’appelle « Ninja Pocket, hi hi) acheté sur Pitchoune bio en soldes. C’est une sorte de bandeau avec zip en chanvre et coton bio : on l’enfile fermé, on place l’enfant sur la hanche, on ajuste la Pinja’ sous les fesses, on rabat le tissu sur l’épaule et hop ! Facile et rapide !! Et transportable : livré dans une pochette, on peut la prendre dans le sac ;) Le must : elle s’adapte à toutes les morphologies ! Pour les grands et forts papa, on défait le zip et le bandeau s’allonge.

Cette écharpe a changé ma vie !

Faudrait d’ailleurs que je pense à l’utiliser davantage ces derniers temps… Faut dire qu’à force, j’ai pris de la force dans les bras et du coup je n’y pense pas : Schwarzy n’a qu’à bien se tenir !

Alors bien sûr, c’est une solution de portage pour les 18 mois et jusqu’à 3 ans (l’écharpe peut s’utiliser dès la naissance, mais perso, je n’oserais pas, je préfère quand bébé est davantage calé) pour des courts trajets et des moments pas vraiment prolongés : on ressent une gêne à l’épaule, voire une douleur pour les moins sportives comme moi. Mais c’est un système de portage idéal pour les plus grands qui veulent leur indépendance, et qui changent d’avis toutes les minutes ;)