Ces porte-bébés physio qui m’ont sauvé la vie

Le portage et moi, c’est une histoire qui a commencé en douceur, avec ma Zouzou. Alors que j’étais enceinte d’elle, je savais déjà que je voulais la porter proche de moi. J’étais pas super renseignée mais je savais déjà que les porte-bébés, je sais même plus comment les définir aujourd’hui… disons non-physiologiques, ce n’était pas ce qu’il y avait de mieux. J’ai donc investi dans une écharpe Red Castle. Elle a dû me servir… Deux ou trois fois. Et pour cause, cette écharpe, dont je reparlerais dans un billet, est bien… dans l’idée. Par rapport à d’autres elle a bien des inconvénients. Et vu que je ne savais pas trop m’en servir (aïeuhhh le croisé sur un nourrisson, elle a pas vraiment aimé), j’ai vite laissé tomber pensant que ma Zouzou n’aimait pas être contenue. En fait, c’était juste pas « mal contenue ».

Puis en grandissant, c’est elle qui m’a poussée à venir au portage et autres solutions. A partir de ses 18 mois – âge auquel on a déménagé et auquel je ne bossais plus, traduction : je m’occupais d’elle à plein-temps – elle ne voulait pas me décoller. Tu m’étonnes, à 3 mois elle était chez une nounou. Maintenant qu’on pouvait profiter l’une de l’autre hein, elle n’allait pas me lâcher. C’est là que j’ai acheté une Pinja’pocket de Pinjarra (société qui, si je ne me trompe pas, a dû cesser son activité…) qui m’a bien sauvé la vie servi. Puis on est parti en vacances à la montagne quand ma Zouzou avait deux ans et demi et là une amie m’a dégotté un super Tuli, un préformé que j’ai aimé d’amour (et que ma Zouzou a adoré en faisant « huuuu huuuu maman » portée sur le dos). J’en reparlerai par ailleurs également.

Aujourd’hui, le portage et moi, on est comme des vrais potos, des âmes-sœurs, indissociables. Aujourd’hui je me dis toujours mais comment font les autres mamans, comment ont fait nos mères pour faire sans (oui bon la réponse c’est ans doute nous laisser pleurer…) ?? Comment elles font les mamans de plusieurs quand il y en a un qui demande les bras et l’autre pleure parce qu’il faut changer sa couche ? Elles font comment POUR PAS MOURIR ?? Personnellement, si ça existait pas je me serais déjà fait enfermer. Ben oui, avec un Zebulon si intense et une grande qui n’a tout de même que 3 ans et demi, vu que le don d’ubiquité ne fait pas encore partie de mes super pouvoirs, il faudrait choisir être avec l’un pendant que l’autre poireaute.

Mon bébé est du genre intense. Reflux, besoin de câlins H24, je ne sais pas. La seule chose que je sais c’est que le portage s’est imposé à moi. Et à lui. Et que, hormis les jours de grosse chaleur ou de grosse fatigue, c’est juste du bonheur. Pour le moment, avec Zebulon, j’ai testé le Sling Bulline de Neobulle, la Boba Wrap (un cadeau de mes coupines d’amour), le Baby Carrier de Storchenwiege (ou Storchmachinchose si comme moi tu t’en souviens pas de la marque). A venir : un Mei Tai personnalisé (gniiiiiiiiii) made in Les bobines de Nadine.

Puis le portage je trouve que :
– c’est top pour bien démarrer l’allaitement : la proximité aide à mettre en place la lactation ; cela m’a bien aidé pour être au plus près de mon Zebulon et de ses besoins. Cela m’a permis de tout simplement être connectée à lui. Physiquement et psychiquement.
– c’est top pour amener la grande à l’école : je vois les autres mamans et certaines nounous galérer avec leur poussette, ou qui prennent leur enfant à bras avec le risque a) de le faire tomber (une de mes phobies) b) de faire écraser le/la grand(e) parce qu’elles peuvent pas donner leur donner la main pour traverser.
– Bébé n’a pas froid l’hiver seul dans sa poussette
– Et maman non plus elle n’a pas froid !!

J’en ai encore des tonnes de choses à dire tant porter me semble tout simplement génial et naturel.
Mais de tout ça, j’en reparlerai dans mes billets consacrés aux différentes écharpes et porte-bébé que j’ai essayés.

Et vous, vous en êtes venues comment au portage ?

Pour en savoir plus sur le portage physiologique en vrac :
– Un super article qui résume les bienfaits du portage physiologique : A portée de bisous sur le comptoir des bambins
– Un billet de ma copine Working Mama : Porter c’est bien… Bien porter c’est mieux !
– Un très bon article sur le site Porter son enfant : Respect de la physiologie et sécurité
– Un billet drôle et caustique de Mc Maman : 10 raisons à la con de porter son héritier
– Et pour finir quelques conseils rigolos de ma chérie d’amour Baby Pop : Les DOs and DON’T du portage.

Publicités

Il est comme ça…

Mon Zébulon est un enfant tout ce qu’il y a de plus normal.
Il fait tout bien comme c’est marqué dans les livres : les sourires, les « areuhhh », tout.
Il est comme ça mon Zébulon.

Sauf pour une chose : le sommeil.
Il y a dû y avoir un raté à la commande. Une option que l’on a dû oublié de cocher dans la précipitation. Ou alors une astérisque que l’on n’a pas vu. Celle qui disait, à l’option « trop mignon » : « Attention, cette option n’est pas cumulable avec l’option « je dors seul dans mon lit la journée ». »

Ou alors je ne sais pas.

Pourquoi donc cet ourson ne dort-il jamais seul ? Oh, je mens : depuis qu’il est né il a dû dormir… 4-5 heures tout seul. Il n’est pas de ces bébés qui s’endorment dans les bras, pouf comme ça. Il n’est pas de ceux qui dorment en poussette, même après 30 minutes de balade.

D’ailleurs, cela est simple : il ne s’endort pas seul. Il nous fait comprendre qu’il a besoin de dormir… Pour qu’on l’endorme. Doigts dans la bouche, yeux frottés, tête qui boude, le message est clair. On doit lancer le ballet de Morphée. À bout de bras, en écharpe, voilà qu’il faut marcher et le bercer jusqu’à ce que, de guerre lasse, il finisse par céder et tomber dans le sommeil… Pas toujours profond. Si bien que si l’on s’assoit parfois il bougonne et se réveille… Et nous voilà repartis dans un deuxième ballet… Un ballet que parfois je suis la seule à mener, car parfois il n’y a que moi qui peux le porter.

Il est comme ça.

À un mois, je me disais qu’il était encore petit. À deux, que ça allait changer, petit à petit. À bientôt trois mois, rien n’a changé, c’est même de pire en pire. Et moi je commence à désespérer, dégoupiller.

Il ne s’endort pas plus en voiture. Même si l’on fait 40 minutes de trajet alors qu’il vient de téter. Il peut même pleurer d’un bout à l’autre du trajet. Sans pouvoir le consoler.

Il est comme ça…

Il ne reste pas non plus profondément endormi quand, après l’avoir porté, on le pose délicatement, tout doucement. Avec doudou, sur le côté, avec un tee-shirt que j’ai porté. Sur le dos, sur notre lit, dans le sien, dans le Cocoon a baby… On a essayé de le laisser s’endormir. Au choix : il peut rester éveillé très longtemps pour finir par pleurer ou pleurer direct. On pourrait le laisser pleurer un peu, certains bébés ont besoin de pleurer pour s’endormir. Oui on pourrait. Sauf que très vite ses pleurs deviennent sanglots, il s’agite en spasmes, tousse, s’étouffe, complètement paniqué ou angoissé jusqu’à ce qu’on le prenne. Et qu’on parvienne à l’apaiser au bout de longues minutes.

Il est comme ça ?

Il dort la nuit dans son lit quand je l’y dépose endormi. Il se réveille doucement, porte ses mains à la bouche pour dire qu’il a faim… Il a donc l’habitude de son lit. De notre chambre. De ces lieux… mais la journée, on ne peut l’y coucher. Même en restant à côté.

Est-il vraiment comme ça, ou y a-t-il une raison à cela ? Et si c’était un RGO interne à cause de mon REF ? Serait-il un BABI ? Ai-je loupé quelque chose ? Je l’ai mal habitué, pas assez tenté de le coucher seul, ou je réponds trop vite à ses pleurs ? Ou peut-être je ne sais plus comment ça marche un bébé ?

Quand je parviens à me dire « il est comme ça » et à commencer à l’accepter, des personnes me font douter… Et on me prend pour une zinzin. On trouve pas ça normal qu’il dorme que comme ça… Contre moi.

Et moi, comment je fais pour travailler, me reposer, ne pas exploser ? Comme l’impression d’être prise en otage, un otage d’amour mais sans liberté…

Alors je prends mon doux mal en patience et me dis qu’après tout, ça ne va pas durer… Du moins pas des années…

20130512-154623.jpg

Rencontre avec Florence, créatrice de Krapo Etik

Samedi, il faisait méga beau.

Le matin, on devait absolument aller « à la ville » pour trouver à un cadeau. Ben oui, dans ma petite ville, point de librairie (ça me rend triste comme les pierres, en même temps mon porte-monnaie s’en réjouit).

Direction Bayonne donc, ma ville que j’adore.
Le timing est chaud serré. Forcément on est parti à la bourre (ben oui, impossible de partir à l’heure quand t’as un enfant).

Une fois passés chez Virgin, avec la Zouzou en mode zazou, il nous reste du temps. Allez, direction Krapo Etik pour faire un coucou à Florence, Alain proviste (si tu veux en savoir plus sur Krapo Etik). On avait pas pris la poussette – des mois qu’elle prend la poussière – et j’avais pas pris ma Pinja Pocket… Hum. 11 kilos dans les bras pour traverser la ville.

On arrive rue Bourgneuf. Et puis devant la très jolie boutique de Florence. 

Jolie devanture, vitrine soignée : j’adore ! Je rentre dans cette véritable caverne d’Ali Baba à l’ambiance chaleureuse : « Bonjour, vous êtes Florence ? Je suis Kiki de l’Avis de Maman ».

On était ravie de pouvoir se parler IRL.

On a bien papoté. Tout en regardant les petites merveilles vendues dans son magasin : eh, pas folle, je suis aussi venue pour voir ses merveilles. Rooh les petits chaussons souples en cuir ! Oooohhh et les gigoteuses en coton bio ! Trop chouettes les doudous !!

Et moi j’vous l’dis : Florence elle est comme ça. Super sympa, souriante, accueillante.


Comme je l’avais senti à travers nos échanges par mail, cette nana-là, elle est hypra engagée. Elle vit son projet. Elle aime ce qu’elle fait et elle s’en est donné les moyens. Elle a beau avoir ouvert en juin de cette année, la petite boutique fait pas « je viens de démarrer ». Elle a bossé la Florence, moi j’vous le dis !

Je kiffe son logo.
Je kiffe la déco du magasin.
Je kiffe qu’elle propose que des couches lavables qu’elle a testées et approuvées.
Je kiffe le fait qu’elle organise des ateliers sur le portage, l’allaitement ou les couches lavables.
Je kiffe qu’elle aide les mamans.

Bref, t’as compris : je kiffe Florence.

Alors si t’as un cadeau à faire, si t’as envie d’avoir des VRAIS conseils sur les couches lavables, les produits bios, si t’as envie de passer un bon moment et d’oublier même que t’es dans un magasin (on oublierait presque de payer en partant) : va chez Krapo Etik, tu seras pas déçue !

 

 

 

Krapo Etik
19, rue Bourgneuf
64 100 Bayonne

Ouvert du mardi au samedi
de 10h à 18h

05 40 07 55 97

http://www.krapoetik.com/