Les mères épuisées… un sujet que je connais

Hier soir, comme beaucoup de femmes, j’ai regardé Zone Interdite sur les mères épuisées.
Je voulais savoir comment ils allaient en parler.
J’ai d’abord été choquée par l’extrémité des cas présentés. Pourtant c’est la réalité.
Une jeune femme, bien sous tout rapport qui sombre dans la dépression.
Un mari qui élève seul ses deux enfants de 5 ans et 3 ans… le dernier étant handicapé : sa mère, sur un coup de folie, l’a jeté à terre alors qu’il n’avait que 6 semaines, le laissant handicapé à vie.
Une autre femme qui ne se sent pas mère, anorexique…
Puis cette femme aux Etats-Unis, qui a tué ses trois enfants en les droguant avec des somnifères puis en les étouffant.
Étouffer ses enfants, mettre fin à ses jours pour que « tout » s’arrête, cette vie de mère qu’elle ne peut plus supporter, cette vie qu’elle n’arrive plus à mener.

Puis, je me suis dit qu’effectivement, ces cas extrêmes devaient être montrés. Pas trop diabolisés.
Un documentaire pas assez étayé à mon goût, mais sûrement salvateur pour bien des femmes, pour la société même.
Un documentaire où j’ai ressenti la violence de la douleur d’une mère séparée de son enfant, malgré les gestes ou les pensées dangereuses qu’elle a pu avoir.
La tristesse de voir ces enfants victimes… Alors qu’ils n’ont rien demandé.

Les premières à délier les langues ont été Stéphanie Allenou, maman de trois enfants qui a littéralement pété les plombs, et Sophie Marinopoulos, spécialiste de la question de l’infanticide (elle a écrit « Infanticides et néonaticides » et « La vie ordinaire d’une mère meurtrière »). Et justement, elles étaient invitées sur le plateau de l’émission après le reportage.

Beaucoup de blogueuses en ont parlé dans leurs billets du jour, et tant mieux. Chacune a son avis, chacune a sa lecture de l’émission et de la question. Le principal : c’est d’en parler.

Parce que le pétage de plomb, il peut nous toucher toutes. Personne n’est à l’abri.
Pourquoi cela arrive ?
Comment le prévenir ?

Je pense sincèrement que les chemins sont divers pour arriver à de tels extrémités. Mais ce qui est sûr c’est que l’isolement est un indice à ne pas prendre à la légère et la fatigue récurrente.
Fatigue physique, morale, surcharge de travail à la maison, manque de reconnaissance de son rôle de mère, manque de soutien par le conjoint ou la famille, pression sociale pour être une mère parfaite, pression personnelle pour mieux réussir que sa mère, ou assumer de front travail et vie personnelle.
Ce sujet de mère épuisée, je l’ai déjà évoquée ici. Au moment de la rentrée, moment à mon sens critique pour les mamans.
Ce sujet, il me touche particulièrement.

Parce que je pense que ma mère était une mère épuisée. Voilà ce que m’a fait réaliser cette émission.
Isolée, sans travail, peu de relations sociales, pas de sortie avec son mari, aucune aide de sa belle-mère, pire : du rejet. Ma mère a fait comme elle a pu. Pour survivre à la maternité.
Elle n’a pas été aidé, c’est rien de le dire.
Elle ne devait pas flancher.
Elle faisait tout dans la maison. Le manger, les courses, s’occuper de nous.
Mon père était peu là.
Elle aurait pu reprendre le travail. Mais il ne voulait pas.
Elle s’est consacrée corps et âme à sa vie de famille.
S’enfonçant doucement dans une dépression.
Longue.
Douloureuse.
Ma mère, elle était dépassée. Comme ses mots dépassaient sa pensée, ses gestes dépassaient l’entendement.
Elle nous disait parfois sa souffrance de ne pas avoir de merci. Que ça soit normal tout ce qu’elle fait.
Elle nous disait qu’elle n’était rien dans sa maison.
Elle nous criait son manque d’estime d’elle.
Pourtant, de l’extérieur, tout paraissait bien.
Elle donnait le change : sourire en façade, tirée à quatre épingles…
A mon grand désarroi…
Derrière tout ça le désarroi, d’une autre petite fille, elle, ma mère, mal aimée, aimée comme ses parents ont pu.
Parce que derrière une mère épuisée, il y a toujours des blessures, des ratés.
Je ne dis pas ça pour excuser, juste pour dire qu’à nous aussi cela peut nous arriver.

Aujourd’hui, il faut que je sois vigilante.
Moi, la fragile.
A ne pas faire comme elle.
A ne pas se terrer dans le silence.
Dans la souffrance.

Alors j’écris, je dis à qui veut bien l’entendre, ou le lire, qu’être mère, c’est la chose la plus incroyable qui soit sur Terre, mais c’est sans doute aussi la plus difficile, celle qui nous fait côtoyer nos vieux démons… pour finalement nous aider à les surmonter.

Pour avoir des informations sur les mères épuisées (ouvrages, association d’aide), c’est par.

Le site de Maman Blues, site de soutien, d’écoute et de conseil.

Et pour lire d’autres billets sur cette émission et les mères épuisées :
– Chez Miss Brownie : Tu n’as jamais eu des idées comme ça. Rassure-moi ?
– Chez Baby Pop : Mères au bord de la crise de nerf. Vraiment ?
– Chez LMO : Maman au bord du gouffre…
– Chez Maman Doudou : Souffrir d’être mère… instinct maternel entre mythe et réalité
– Maman Travaille : Zone Interdite, lecture du livre Mère épuisée de Stéphanie Allenou