On oublie souvent

On oublie souvent qu’un bébé ça pleure.
Doucement, très fort, le matin ou le soir.
Comme un petit chat ou une sirène hurlante.
Sans crier gare, sans prévenir.
Transformant son visage angélique en un masque aux traits contrits, endoloris.

Que l’on ne sait pas toujours donner une raison à ces pleurs, partant en quête de leur cause, comme un détective novice lancé à corps perdu sur un chemin tortueux semé d’embûches et de fausses pistes mis là juste pour dérouter le jeune et fragile parent que l’on est et l’induire en erreur tout à fait.

Que l’on est fatigué au début. Et même après.
La grossesse, la naissance, les nuits hachées et écourtées où seule l’obscurité marque la nuit de la journée… Que même le mot « exténué » à bien du mal à recouvrir l’état second dans lequel on est, embué, envasé, englué…

Que l’on pleure parfois, nos larmes se mêlant aux siennes, unies dans un même désespoir : celui de s’aimer sans se comprendre. De ne pouvoir faire face sans se brûler l’âme, errant dans nos obscures pensées qui pourraient nous perdre à jamais.

Que souvent on est seule. Pour les câlins, les tétées, les pleurs. Tout endurer sans broncher. Qu’en tant que maman on est au front tout le temps, essuyant les tempêtes, les ouragans. Qu’on soit malade ou épuisée, pas du tout en forme ou carrément désœuvrée.

Que l’on ne peut pas démissionner de ce poste-là, tant désiré mais un peu désenchanté. Que l’on doit l’honorer toujours, le répudier, jamais…

Que l’on a l’impression que ce sera pour toujours, quand nos limites sont atteintes, que l’on a été puiser dans nos ressources souvent insoupçonnées.

Et que finalement l’enfant grandit, trop vite, trop tôt et que bientôt ces moments difficiles seront de doux souvenirs dans lesquels on aimera se replonger.

Que cette promiscuité si pesante finira par s’étioler et se faire espérer.

Que l’on se retournera sur ces premiers mois de vie sans vraiment jamais pouvoir revenir en arrière, alors même que l’on regardait, impatiente, vers le futur, inconsciente que l’on était d’avoir la chance inespérée de voir naître et grandir cette vie ô combien précieuse qui nous a été confié.

20130401-194306.jpg

Publicités

11 réflexions sur “On oublie souvent

  1. Avec tous ses pleurs que j’entends à longueur de journée, j’espère tellement le voir grandir, vite, pour ne plus qu’il ai mal, pour ne plus l’entendre pleurer, pour me reposer…
    Mais je sais que dans quelques mois, je me dirais que le temps file trop vite et que finalement j’aimerais qu’il reste mon tout petit bébé le plus longtemps possible.

    Merci pour cet article, je vois que je ne suis pas la seule à avoir ce genre de pensée…

    J'aime

  2. Qu’il est beau cet article!
    Ma Babygirl va bientôt avoir un an et je ressens exactement tout ça, ces moments difficiles je les ai vécus aussi il y a quelques mois, j’ai l’impression que c’était hier mais aussi un certain temps déjà, elle grandit et change si vite, elle a encore besoin de moi mais déjà elle a soif d’indépendance et son autonomie grandit de jour en jour.

    J'aime

  3. Très joliment écrit. C’est vrai que la sagesse c’est d’arriver à enregistrer régulièrement des petits moments précieux dans son cœur de maman. A se remémorer les jours où c’est plus difficile …

    J'aime

  4. Que c’est bien dit ! Merci pour ces mots et ce blog que je découvre aujourd’hui… Je vais tout lire je crois ! Mon petit loulou a 4,5 mois et je me retrouve en tes mots… Enfin je vais tout lire : s’il fait plus de 30 minutes de sieste !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s